Première épître à Timothée

De mipe
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ancien Testament

Nouveau Testament

1 1Paul, apôtre de Jésus Christ, selon le commandement de Dieu notre Sauveur et du christ Jésus[1] notre espérance, 2à Timothée, [mon] véritable enfant dans la foi : Grâce, miséricorde, paix, de la part de Dieu le[2] Père et du christ Jésus notre Seigneur !

3Comme je t’ai prié de rester à Éphèse lorsque j’allais en Macédoine, afin que tu ordonnasses à certaines personnes de ne pas enseigner des doctrines étrangères, 4et de ne pas s’attacher aux fables et aux généalogies interminables, qui[T 1] produisent des disputes plutôt que l’administration[3] de Dieu, qui est par la foi… 5Or la fin de l’ordonnance, c’est l’amour qui procède d’un cœur pur et d’une bonne conscience et d’une foi sincère, 6desquels quelques-uns s’étant écartés, se sont détournés à un vain babil, 7voulant être docteurs de la loi, n’entendant ni ce qu’ils disent, ni ce sur quoi ils insistent. 8Mais nous savons que la loi est bonne, si quelqu’un en use légitimement, 9sachant ceci, que [la] loi n’est[T 2] pas pour le juste, mais pour les iniques[4] et les insubordonnés, pour les impies et les pécheurs, pour les gens sans piété et les profanes, pour les batteurs de père et les batteurs de mère[T 3], pour les homicides, pour les fornicateurs, 10pour ceux qui abusent d’eux-mêmes avec des hommes, pour les voleurs d’hommes, les menteurs, les parjures, et s’il y a quelque autre chose qui soit opposée à la saine doctrine, 11suivant l’évangile de la gloire du Dieu bienheureux, qui m’a été confié. 12Et[T 4] je rends grâces au christ Jésus, notre Seigneur, qui m’a fortifié[T 5], de ce qu’il m’a estimé fidèle, m’ayant établi dans le service, 13moi qui[T 6] auparavant étais un blasphémateur, et un persécuteur, et un outrageux ; mais miséricorde m’a été faite, parce que j’ai agi dans l’ignorance, dans l’incrédulité ; 14et la grâce de notre Seigneur a surabondé avec la foi et l’amour qui est dans le christ Jésus. 15Cette parole est certaine et digne de toute acceptation, que le christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, dont moi je suis le premier. 16Mais miséricorde m’a été faite, à cause de ceci, [savoir] afin qu’en moi, le premier, Jésus Christ montrât toute sa patience[5][T 7], afin que je fusse un exemple de[6][T 8] ceux qui viendront à croire en lui pour la vie éternelle. 17Or, qu’au roi des siècles, l’incorruptible, invisible, seul Dieu[7], soit honneur et gloire aux siècles des siècles ! Amen.

18Je te confie cette ordonnance, [mon] enfant Timothée, selon les prophéties qui ont été précédemment faites à ton sujet, afin que[T 9] par elles tu combattes le bon combat, 19gardant la foi et une bonne conscience, que quelques-uns ayant rejetée, ils ont fait naufrage quant à la foi[T 10] ; 20du nombre desquels sont Hyménée et Alexandre, que j’ai livrés à Satan, afin qu’ils apprennent à ne pas blasphémer.

2 1J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des supplications, des prières, des intercessions[T 11], des actions de grâces pour tous les hommes, 2— pour les rois et pour tous ceux qui sont haut placés, afin que nous puissions mener une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté ; 3car cela est bon et agréable devant notre Dieu sauveur, 4qui veut que tous les hommes soient sauvés et viennent à la connaissance[T 12] de la vérité ; 5car Dieu est un, et le médiateur entre Dieu et les hommes est un[8], [l’]homme Christ Jésus, 6qui s’est donné lui-même en rançon pour tous, témoignage [qui devait être rendu] en son propre temps, 7pour lequel moi, j’ai été établi prédicateur et apôtre (je dis la vérité[9], je ne mens pas), docteur des nations dans la foi et dans la vérité.

8Je veux donc que les hommes[10][T 13] prient en tout lieu, élevant des mains saintes[11], sans colère et sans raisonnement. 9De même aussi, que les femmes se parent d’un costume[12][T 14] décent, avec pudeur et modestie, non pas de tresses et[13] d’or, ou de perles, ou d’habillements somptueux, 10mais par de bonnes œuvres, ce qui sied à des femmes qui font profession de servir Dieu. 11Que la femme apprenne dans le silence, en toute soumission ; 12mais je ne permets pas à la femme d’enseigner ni d’user d’autorité sur l’homme[T 15] ; mais elle doit demeurer dans le silence ; 13car Adam a été formé le premier, et puis Ève ; 14et Adam n’a pas été trompé ; mais la femme, ayant été trompée[T 16], est tombée dans la transgression ; 15mais elle sera sauvée en enfantant, si elles persévèrent dans la foi et l’amour et la sainteté, avec modestie.

3 1Cette parole est certaine, que si quelqu’un aspire à la surveillance, il désire une œuvre bonne : 2il faut donc que le surveillant soit irrépréhensible, mari d’une seule femme, sobre, sage, honorable, hospitalier, propre à enseigner, 3non adonné au vin, non batteur[14], mais doux, non querelleur, n’aimant pas l’argent, 4conduisant bien sa propre maison, tenant ses enfants soumis en toute gravité. 5(Mais si quelqu’un ne sait pas conduire sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’assemblée de Dieu ?) 6Qu’il ne soit pas nouvellement converti, de peur qu’étant enflé d’orgueil, il ne tombe dans la faute[T 17] du diable. 7Or il faut aussi qu’il ait un bon témoignage de ceux de dehors, afin qu’il ne tombe pas dans l’opprobre et dans le piège du diable.

8De même, [il faut] que les serviteurs[T 18] soient graves, non doubles en paroles, non adonnés à beaucoup de vin, non avides d’un gain honteux, 9gardant le mystère de la foi dans une conscience pure ; 10et que ceux-ci aussi soient premièrement mis à l’épreuve ; ensuite, qu’ils servent[T 18], étant trouvés irréprochables. 11De même, que les femmes[T 19] soient graves, non médisantes, sobres, fidèles en toutes choses. 12Que les serviteurs soient maris d’une seule femme, conduisant bien leurs enfants et leurs propres maisons ; 13car ceux qui ont bien servi[T 18] acquièrent un bon degré pour eux et une grande hardiesse dans la foi qui est dans le christ Jésus.

14Je t’écris ces choses, espérant me rendre bientôt[T 20] auprès de toi ; 15mais, si je tarde, — afin que tu saches comment il faut se conduire dans la maison de Dieu, qui est l’assemblée du Dieu vivant, la colonne et le soutien de la vérité. 16Et, sans contredit, le mystère de la piété est grand : — Dieu[T 21] a été manifesté en chair, a été justifié en Esprit, a été vu des anges, a été prêché parmi les nations, a été cru au monde, a été élevé dans la gloire.

4 1Or l’Esprit dit expressément qu’aux derniers temps quelques-uns apostasieront de la foi, s’attachant à des esprits séducteurs et à des enseignements de démons, 2disant des mensonges[T 22] par hypocrisie, ayant leur propre conscience cautérisée, 3défendant de se marier, [prescrivant] de s’abstenir des viandes que Dieu a créées pour être prises avec action de grâces par les fidèles et par ceux qui connaissent[T 23] la vérité ; 4car toute créature de Dieu est bonne et il n’y en a aucune qui soit à rejeter, étant prise avec action de grâces, 5car elle est sanctifiée par la parole de Dieu et par la prière[T 24]. 6En proposant ces choses aux frères, tu seras un bon serviteur[T 25] du christ Jésus[15], nourri dans les paroles de la foi et de la bonne doctrine que tu as pleinement comprise[16]. 7Mais rejette les fables profanes et de vieilles femmes, et exerce-toi toi-même à la piété : 8car l’exercice corporel est utile à peu de chose, mais la piété est utile à toutes choses, ayant la promesse de la vie présente et de la vie qui est à venir. 9Cette parole est certaine et digne de toute acceptation ; 10car si nous travaillons[T 26] et sommes dans l’opprobre[17], c’est parce que nous espérons dans le Dieu vivant qui est [le] conservateur de tous les hommes, spécialement des fidèles. 11Ordonne ces choses et enseigne-les. 12Que personne ne méprise ta jeunesse ; mais sois le modèle des fidèles, en parole, en conduite[T 27], en amour, en[18] foi, en pureté. 13Jusqu’à ce que je vienne, attache-toi à la lecture, à l’exhortation, à l’enseignement. 14Ne néglige pas le don de grâce qui est en toi, qui t’a été donné par prophétie avec l’imposition des mains du corps des anciens. 15Occupe-toi de ces choses ; sois-y tout entier, afin que tes progrès soient évidents à tous[19][T 28]. 16Sois attentif à toi-même et à l’enseignement[20] ; persévère dans ces choses, car en faisant ainsi tu te sauveras toi-même et ceux qui t’écoutent.

5 1Ne reprends pas rudement l’homme âgé[21][T 29], mais exhorte-le comme un père, 2les jeunes gens comme des frères, les femmes âgées comme des mères, les jeunes comme des sœurs, en toute pureté. 3Honore les veuves qui sont vraiment veuves ; 4mais si quelque veuve a des enfants ou des descendants, qu’ils apprennent premièrement à montrer leur piété envers leur propre maison et à rendre à ceux dont ils descendent les soins qu’ils en ont reçus, car cela est[22] agréable devant Dieu. 5Or celle qui est vraiment veuve et qui est laissée seule, a mis son espérance en Dieu, et persévère dans les supplications et dans les prières nuit et jour. 6Mais celle qui vit dans le plaisir est morte[T 30] en vivant. 7Ordonne aussi ces choses, afin qu’elles soient irrépréhensibles[23]. 8Mais si quelqu’un n’a pas soin des siens et spécialement de ceux de sa famille, il a renié la foi et il est pire qu’un incrédule. 9Que la veuve soit inscrite, n’ayant pas moins de soixante ans, [ayant été] femme d’un seul mari, 10ayant le témoignage [d’avoir marché] dans les bonnes œuvres, — si elle a élevé des enfants, si elle a logé des étrangers, si elle a lavé les pieds des saints, si elle a secouru ceux qui sont dans la tribulation, si elle s’est appliquée à toute bonne œuvre. 11Mais refuse les veuves qui sont jeunes ; car, quand elles s’élèvent contre le Christ en s’abandonnant à leurs désirs, elles veulent se marier, étant en faute 12parce qu’elles ont rejeté leur première foi ; 13et en même temps elles apprennent aussi à être oisives, allant de maison en maison[T 31] ; et non-seulement oisives, mais aussi causeuses, se mêlant de tout, disant des choses qui ne conviennent pas. 14Je veux donc que les jeunes se marient, aient des enfants, gouvernent leur maison, ne donnent aucune occasion à l’adversaire à cause[T 32] des mauvais propos ; 15car déjà quelques-unes se sont détournées après Satan. 16Si un fidèle ou une fidèle a des veuves, qu’il les assiste et que l’assemblée n’en soit pas chargée, afin qu’elle vienne au secours de celles qui sont vraiment veuves.

17Que les anciens qui président dûment soient estimés dignes d’un double honneur, spécialement ceux qui travaillent dans la parole et dans l’enseignement ; 18car l’écriture dit : « Tu n’emmuselleras pas le bœuf qui foule le grain »[24], et : « L’ouvrier est digne de son salaire »[25]. 19Ne reçois pas d’accusation contre un ancien, si ce n’est quand il y a deux ou trois témoins. 20Ceux qui pèchent, convaincs-les[26][T 33] devant tous, afin que les autres aussi aient de la crainte. 21Je t’adjure devant Dieu et le christ Jésus[27][T 34] et les anges élus, que tu gardes ces choses, sans préférence, ne faisant rien avec partialité.

22N’impose les mains précipitamment à personne et ne participe pas aux péchés d’autrui ; garde-toi pur toi-même. 23Ne bois plus de l’eau seulement, mais use d’un peu de vin, à cause de ton estomac et de tes fréquentes indispositions. 24Les péchés de quelques hommes sont manifestes d’avance et vont devant pour le jugement ; mais ceux d’autres [hommes] aussi les suivent après. 25De même aussi les bonnes œuvres sont manifestes d’avance, et celles qui sont autrement ne peuvent être cachées.

6 1Que tous les esclaves qui sont sous le joug estiment leurs propres maîtres[28] dignes de tout honneur, afin que le nom de Dieu et la doctrine ne soient pas blasphémés ; 2et que ceux qui ont des maîtres[28] croyants ne les méprisent pas parce qu’ils sont frères, mais qu’ils les servent[29][T 35] d’autant plus que ceux qui profitent de leur bon et prompt service[T 36] sont des fidèles[30][T 37] et des bien-aimés. Enseigne ces choses et exhorte. 3Si quelqu’un enseigne autrement et ne se range pas à de saines paroles, [savoir] à celles de notre seigneur Jésus Christ et à la doctrine qui est selon la piété, il est enflé d’orgueil, 4ne sachant rien, mais ayant la maladie des questions et des disputes de mots, d’où naissent l’envie, les querelles, les paroles injurieuses, 5les mauvais soupçons, les vaines disputes d’hommes corrompus dans leur entendement et privés de la vérité, qui estiment que la piété est une source de gain[31]. 6Or la piété avec le contentement est un grand gain. 7Car nous n’avons rien apporté dans le monde, et il est évident[T 38] que nous n’en pouvons rien emporter. 8Mais ayant la nourriture et de quoi nous couvrir, nous serons satisfaits[32]. 9Or ceux qui veulent devenir riches tombent dans la tentation et dans un piège, et dans plusieurs désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition ; 10car c’est une[T 39] racine de toutes sortes de maux que l’amour de l’argent : ce que quelques-uns ayant ambitionné, ils se sont égarés de la foi et se sont transpercés eux-mêmes de beaucoup de douleurs. 11Mais toi, ô homme de Dieu, fuis ces choses, et poursuis la justice, la piété, la foi, l’amour, la patience, la douceur d’esprit[33] ; 12combats le bon combat de la foi ; saisis la vie éternelle, pour laquelle[34] tu as été appelé et tu as fait la belle confession devant beaucoup de témoins. 13Je t’ordonne devant Dieu qui appelle toutes choses à l’existence[35][T 40], et devant le christ Jésus qui a fait la belle confession devant[36] Ponce Pilate, 14que tu gardes ce commandement, sans tache, irrépréhensible, jusqu’à l’apparition de notre seigneur Jésus Christ, 15laquelle le bienheureux et seul Souverain, le roi de ceux qui règnent et le seigneur de ceux qui dominent, montrera au temps propre[T 41], 16lui qui seul possède l’immortalité, qui habite la lumière inaccessible, lequel aucun des hommes n’a vu, ni ne peut voir, — auquel soit honneur et force éternelle ! Amen.

17Ordonne à ceux qui sont riches dans le présent siècle, qu’ils ne soient pas hautains et qu’ils ne mettent pas leur confiance dans l’incertitude des richesses, mais dans le Dieu[37] qui nous donne toutes choses richement pour en jouir ; 18qu’ils fassent du bien ; qu’ils soient riches en bonnes œuvres ; qu’ils soient prompts à donner, libéraux, 19s’amassant comme trésor un bon fondement pour l’avenir, afin qu’ils saisissent ce qui est vraiment la vie[38].

20Ô Timothée, garde ce qui t’a été confié[39], fuyant les discours vains et profanes et l’opposition de[40] la connaissance faussement ainsi nommée, 21de laquelle quelques-uns faisant profession, se sont écartés de la foi. Que la grâce soit avec toi ![41]



  1. R. : du seigneur Jésus Christ.
  2. R. : notre.
  3. R. : l’édification.
  4. ceux qui sont sans loi ou sans frein.
  5. ailleurs : longanimité.
  6. c.à.d. un exemple des voies de Christ à l’égard de, — non pas : un exemple pour.
  7. R. aj. : sage.
  8. ou : il y a un seul Dieu et un seul médiateur entre Dieu et les hommes.
  9. R. aj. : en Christ.
  10. ici : l’homme en contraste avec la femme.
  11. ou : pures.
  12. et aussi : tenue.
  13. R. : ou.
  14. R. aj. : non avide d’un gain honteux.
  15. R. : de Jésus Christ.
  16. ou : suivie avec exactitude ; voyez 2 Tim. 3, 10.
  17. pl. lisent : nous combattons.
  18. R. : en amour, en [l’]Esprit, en.
  19. R. : parmi tous.
  20. ou : à la doctrine.
  21. ailleurs ordinairement : ancien.
  22. R. aj. : bon et.
  23. ou : qu’ils (enfants et veuves) soient irrépréhensibles.
  24. Deut. 25, 4.
  25. Luc 10, 7.
  26. ou aussi : reprends-les.
  27. R. : le seigneur Jésus Christ.
  28. 28,0 et 28,1 comme Luc 2, 29.
  29. servir, être esclave.
  30. plus haut : croyants.
  31. R. aj. : retire-toi de ces sortes de gens.
  32. ou : soyons satisfaits.
  33. R. : la douceur.
  34. R. aj. : aussi.
  35. selon qqs. : qui maintient en vie toutes choses ; — R. : qui vivifie toutes choses.
  36. ou : sous.
  37. R. aj. : vivant.
  38. R. : saisissent la vie éternelle.
  39. litt. : garde le dépôt.
  40. ou : les raisonnements opposés par.
  41. R. aj. : Amen.



Notes de la version de 1872

  1. αἵτινες, non seulement pronom relatif déclarant le fait, mais le caractère : elles sont telles qu’elles font ainsi.
  2. ϰεῖμαι, terme technique pour rendre ou établir une loi, ou pour exprimer le fait qu’elle est en vigueur.
  3. πατραλῴαις et μητραλῴαις, que Platon (Phaed.) met en contraste avec les ἀνδροφόνοις ; car ἀλωάω est plutôt battre, broyer que tuer.
  4. Et, est douteux.
  5. ou : je rends grâces à celui qui m’a fortifié, au christ Jésus notre seigneur.
  6. ou : ayant établi dans le service celui qui… était.
  7. μαϰροθυμία.
  8. non pas pour. Paul était un exemple des voies de Christ à l’égard de ceux qui viendraient à croire, et même, je n’en doute pas, à l’égard des Juifs de la fin : toute la longue patience de Jésus Christ envers Paul, ferait de lui un exemple dépeignant chaque cas particulier, ce qui n’était pas le cas en la même manière pour ceux qui ont été associés au Seigneur pendant sa vie ici-bas, quoique la grâce fût réellement la même : l’exemple, ἔνδειξις, n’était pas le même.
  9. Je pense que l’ordre des idées dans la pensée de l’apôtre est celui-ci : il confiait…, afin que, mais il se référait aux prophéties… afin que par elles.
  10. Le mot foi présente ici quelque difficulté, parce qu’il embrasse deux idées, d’abord la doctrine enseignée de Dieu et reçue, et ensuite, subjectivement, l’état de l’âme. Si j’ai rejeté la foi, c’en est fait et de la doctrine et de l’état de l’âme. Ici, la foi est l’énergie intérieure de la grâce qui tient ferme la vérité, sans séparer la doctrine de l’état de l’âme ; c’est de cet état que l’apôtre est tout premièrement préoccupé. Ensuite, ayant perdu une bonne conscience, les hommes dont il parle n’avaient pas gardé la foi, mais l’avaient perdue ainsi d’une manière ou d’une autre, objectivement.
  11. ἐντεύξεις, les rapports personnels et de confiance avec Dieu chez quelqu’un qui peut s’approcher de lui.
  12. ἐπίγνωσις, réelle et vraie connaissance. Connaître la vérité implique la possession de la vérité ; voyez la note, 1 Cor. 8, 1.
  13. ἀνήρ.
  14. ϰαταστολή est plus que στολή, et embrasse toute la tenue, la manière dont une femme se présente, bien que le costume en soit un grand trait.
  15. ou : une femme… un homme (ἀνήρ).
  16. ἐξαπατηθεῖσα est plus que ἀπατηθεῖσα que lit le R. ; mais le grec ajoute souvent des prépositions ainsi, sans que le sens en soit beaucoup modifié ; voyez Rom. 7, 11 ; 16, 18 ; 1 Cor. 3, 18 ; 2 Cor. 11, 3 ; 2 Thess. 2, 3.
  17. ϰρίμα, la substance de l’accusation, la chose pour laquelle on est jugé et qui est mise à la charge de quelqu’un. Le diable s’est enorgueilli de sa propre excellence et n’est pas demeuré dans la vérité. — De là, dans un sens strict, notre mot crime.
  18. 18,0 18,1 et 18,2 διάκονος, serviteurs ou diacres ; διαϰονέω servir.
  19. ou peut-être : [leurs] femmes.
  20. litt. : plus tôt, c.-à-d. plus tôt que le fait d’écrire cette lettre ne suppose.
  21. Le vrai texte est probablement ὅς, mais la leçon est très controversée. א a ὅς, mais a été remanié. Porph. (Tisch. Mon. Sacr. In.) a : ΘΣ (lisant généralement dans les épîtres de Paul comme א, mais occasionnellement plus semblable à R.). Selon Scrivener, A, si longtemps contesté, aurait ΘΣ ; B nous manque ; D a ὅ ; C a ὅς.
  22. ou peut-être : par ceux qui disent des mensonges ; mais disant se rapporte à démons, l’Esprit ici, comme ailleurs souvent dans le N.T., identifiant celui qui parle et le mauvais esprit qui parle par lui, et passant de l’un à l’autre.
  23. ou : reconnaissent, ἐπεγνωϰόσι ; voyez la note, 2, 4.
  24. ἕντευξις, commerce avec quelqu’un, ensuite : requête, intercession, une personne s’adressant personnellement à une autre. Je crois que la créature, en chute par Adam, appartient aux fidèles et à ceux qui connaissent la vérité, par le fait que Dieu nous parle et que nous nous adressons librement à lui. Ce fait a tout placé sur un nouveau pied, parce que nous avons été ramenés à Dieu, la parole nous ayant mis en rapport avec lui par grâce ; et les fidèles et ceux qui connaissent la vérité s’en prévalent et viennent et entrent en communication. Ce n’est plus par la nature, mais par la parole de Dieu.
  25. διάκονος.
  26. litt. : que et nous travaillons et nous sommes dans.
  27. ou : conversation (ὰναστροφή), dans l’ancienne acception de ce mot.
  28. ou : en toutes choses.
  29. c’est le mot toujours traduit par : ancien.
  30. τέθνηϰε.
  31. τὰς οἰϰίας, les maisons des frères ou des gens du monde.
  32. χάριν. — χάριν et ἕνεϰα, tout en se rapprochant beaucoup, n’ont pas exactement le même sens. χάριν a trait toujours, quant au nom qui en dépend, à une puissance productive, ou bien à un motif qui a gouverné l’âme attirée par lui. Il y a approbation ou objet dans χάριν ; c’est tantôt un objet, tantôt un motif qui plaît, qui est cause ; — ἕνεϰα est simplement à cause de. Il y a une grande finesse dans l’emploi de χάριν ici : l’adversaire trouvait dans les mauvais propos ce qui fournissait une occasion à l’exercice de son hostilité. — Ainsi χάριν étant un motif pour l’amour de quelque chose que l’âme approuve ou qu’elle voit de bon œil, on ne pourrait dire, pour nous servir de l’exemple donné par Eustathius, qu’on arme son bras χάριν un ennemi (ce serait ἕνεϰα, je pense) ; mais on dirait : χάριν un ami. Voyez Wetstein, Luc 7, 47, et l’emploi de ces mots dans le N.T. J’ajouterai, quant au sens d’adversaire, que c’est l’habitude de Paul de parler de Satan directement quand Satan agit par des hommes, parce qu’il connaissait l’activité de l’adversaire et la part qu’il prend à ces choses. Pour un pareil adversaire, les mauvais propos sont un motif ou une cause favorable et bien venue.
  33. c’est faire honte, en amenant démonstrativement devant la conscience, et en la convainquant.
  34. Dans ce cas, Dieu et le seigneur Jésus Christ sont envisagés comme un, relativement au témoignage de l’apôtre, τοῦ Θεοῦ ϰαὶ Κυρίου Χριστοῦ Ἰησοῦ. — Il n’est pas juste toutefois de conclure de là que, lorsque deux noms sont réunis ainsi sous un seul article, il s’agisse toujours d’une seule personne ; l’unité d’office ou de position suffit ; voyez Act. 13, 1 ; Éph. 2, 20 ; 3, 5 ; si on omet le ϰυρίου du R., le principe est de toute manière à peine applicable ici.
  35. δουλευέτωσαν.
  36. Je ne sais trop comment bien exprimer εὐεργεσίας, en français ; mais c’est le sens : ils servent de bonne volonté et aiment à rendre service à leurs maîtres.
  37. πιστοί, traduit croyants au commencement du verset.
  38. pl. copies om. : évident. Il faudrait traduire alors : car nous n’en pouvons non plus.
  39. ou : la, non qu’il n’y en ait pas d’autre, mais l’amour de l’argent est caractérisé par là : il est cela.
  40. ζωογονοῦντος. — R. : ζωοποιοῦντος, qui vivifie.
  41. ϰαιροῖς ἰδίοις, dans les temps qui lui sont propres, c.-à-d. aux temps auxquels cet événement appartient.