Seconde épître aux Corinthiens

De mipe
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ancien Testament

Nouveau Testament

1 1Paul, apôtre de Jésus Christ par la volonté de Dieu, et Timothée, le frère, à l’assemblée de Dieu qui est à Corinthe, avec tous les saints qui sont dans l’Achaïe tout entière : 2Grâce et paix à vous, de la part de Dieu notre Père et du seigneur[T 1] Jésus Christ !

3Béni soit le Dieu et Père de notre seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation[1][T 2], 4qui nous console[1] à l’égard de toute notre affliction, afin que nous soyons capables de consoler ceux qui sont dans quelque affliction que ce soit, par la consolation dont nous sommes nous-mêmes consolés de Dieu. 5Car comme les souffrances du Christ[T 3] abondent à notre égard, ainsi, par le[2] Christ, notre consolation aussi abonde. 6Et soit que nous soyons affligés, c’est pour votre consolation et votre salut, qui est opéré en ce que vous endurez les mêmes souffrances que nous aussi nous souffrons (et notre espérance à votre égard est ferme)[3] ; soit que nous soyons consolés, c’est pour votre consolation et votre salut ; 7sachant que, comme vous avez part aux souffrances, de même aussi vous avez part à la consolation.

8Car nous ne voulons pas, frères, que vous ignoriez, quant à notre affliction qui [nous] est arrivée en Asie, que nous avons été excessivement chargés, au delà de notre force, de sorte que nous avons désespéré même de vivre[T 4]. 9Mais nous-mêmes nous avions en nous-mêmes la sentence de mort, afin que nous n’eussions pas confiance en nous-mêmes, mais en Dieu qui ressuscite les morts, 10qui nous a délivrés d’une si grande mort, et qui nous délivre ; en qui nous espérons qu’il nous délivrera aussi encore, 11vous aussi coopérant par vos supplications pour nous, afin que, pour le don de grâce qui nous est [accordé] par le moyen de plusieurs personnes, des actions de grâces soient rendues pour nous par plusieurs. 12Car notre gloire est celle-ci, [savoir] le témoignage de notre conscience, qu’avec simplicité[T 5] et sincérité[T 6] de Dieu, non pas avec une sagesse charnelle, mais par la grâce de Dieu, nous nous sommes conduits dans le monde et plus encore envers vous. 13Car nous ne vous écrivons pas autre chose que ce que vous savez, et que vous reconnaissez[T 7], et que vous reconnaîtrez, je l’espère, jusqu’à la fin, 14comme aussi vous nous avez reconnus en partie, que[4][T 8] nous sommes votre sujet de gloire, comme vous êtes aussi le nôtre dans la journée du seigneur Jésus. 15Et dans cette confiance j’avais voulu aller auprès de vous d’abord, afin que vous eussiez une seconde grâce, 16et par chez vous passer en Macédoine, et de Macédoine de nouveau aller auprès de vous ; et puis que vous me fissiez la conduite vers la Judée. 17En me proposant donc cela, est-ce que j’aurais usé de légèreté ? Ou les choses que je me propose, me les proposé-je selon la chair, en sorte qu’il y ait en moi le oui, oui, et le non, non ? 18Mais Dieu est fidèle, que notre parole que nous vous avons adressée, n’est pas[5] oui et non. 19Car le Fils de Dieu, Jésus Christ, qui a été prêché par nous au milieu de vous, [savoir] par moi et par Silvain et par Timothée, n’a pas été[T 9] oui et non, mais il y a[T 10] oui en lui[6] ; 20car autant il y a de promesses de Dieu, en lui est le oui et en lui l’amen, à la gloire de Dieu par nous[7][T 11]. 21Or celui qui nous lie fermement avec vous à[8][T 12] Christ et qui nous a oints, c’est Dieu, 22qui aussi nous a scellés, et nous a donné les arrhes de l’Esprit dans nos cœurs.

23Or, moi, j’appelle Dieu à témoin sur mon âme, que ç’a été pour vous épargner que je ne suis pas encore allé à Corinthe, 24non que nous dominions sur votre foi, mais nous coopérons à votre joie : car c’est par la foi que vous êtes debout.

2 1Mais j’ai jugé ceci en[9] moi-même, de ne pas retourner auprès de vous avec de la tristesse. 2Car si moi je vous attriste, qui est-ce donc qui me réjouit, sinon celui qui est attristé par moi ? 3Et j’ai écrit[10] ceci même[T 13], afin que, quand j’arriverai, je n’aie pas de tristesse de la part de ceux de qui je devais me réjouir, ayant cette confiance à l’égard de vous tous, que ma joie est celle de vous tous ; 4car je vous ai écrit[11] dans une grande affliction et avec serrement de cœur[T 14], avec beaucoup de larmes, non afin que vous fussiez attristés, mais afin que vous connussiez l’amour que j’ai si abondamment pour vous.

5Mais si quelqu’un a causé de la tristesse, ce n’est pas moi qu’il a attristé, mais, en quelque sorte (afin que je ne vous surcharge pas), c’est vous tous. 6Il suffit, pour un tel homme, de cette punition[12][T 15] [qui lui a été infligée] par le grand nombre[13][T 16], 7de sorte qu’au contraire vous devriez plutôt pardonner et consoler, de peur qu’un tel homme ne soit accablé par une tristesse excessive. 8C’est pourquoi je vous exhorte à ratifier envers lui votre amour. 9Car c’est aussi pour cela que je vous ai écrit, afin que je connaisse, à l’épreuve, si vous êtes obéissants en toutes choses. 10Or à celui à qui vous pardonnez quelque chose, moi aussi [je pardonne] ; car moi aussi, ce que j’ai pardonné, si j’ai pardonné[T 17] quelque chose[14], [je l’ai fait] à cause de vous dans la personne de Christ ; 11afin que nous ne soyons pas circonvenus par Satan, car nous n’ignorons pas ses desseins.

12Or, étant arrivé dans la Troade pour l’évangile du Christ, et une porte m’y étant ouverte dans le Seigneur, 13je n’ai point eu de repos dans mon esprit, parce que je n’ai pas trouvé Tite, mon frère ; mais, ayant pris congé d’eux, je suis parti pour la Macédoine. 14Or grâces à Dieu qui nous mène toujours en triomphe dans le Christ et manifeste par nous l’odeur de sa connaissance en tout lieu. 15Car nous sommes la bonne odeur de Christ pour Dieu, à l’égard de[15] ceux qui sont sauvés et à l’égard de[15] ceux qui périssent : 16aux uns une odeur de[T 18] mort pour la mort, et aux autres une odeur de[T 18] vie pour la vie. Et qui est suffisant pour ces choses ? 17Car nous ne sommes pas comme plusieurs, qui frelatent[T 19] la parole de Dieu ; mais comme avec sincérité, comme de la part de Dieu, devant Dieu, nous parlons en Christ.

3 1Commençons-nous de nouveau à nous recommander nous-mêmes ? Ou avons-nous[16][T 20] besoin, comme quelques-uns, de lettres de recommandation pour vous ou de lettres de recommandation de votre part ? 2Vous êtes, vous, notre lettre, écrite dans nos cœurs, connue et lue[17][T 21] de tous les hommes ; 3car vous êtes manifestés comme étant la lettre de Christ, dressée par notre ministère, écrite non avec de l’encre, mais par l’Esprit du Dieu vivant[T 22], non sur des tables de pierre, mais sur les tables de chair du cœur. 4Or nous avons une telle confiance par le Christ envers Dieu : 5non que nous soyons capables par nous-mêmes de penser quelque chose comme de nous-mêmes, mais notre capacité vient de Dieu, 6qui nous a rendus propres[T 23] aussi pour être des ministres de la nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’esprit[18], car la lettre tue, mais l’Esprit vivifie.

7(Or si le ministère[19] de la mort, gravé en lettres sur des pierres, a été introduit avec gloire[T 24], de sorte que les fils d’Israël ne pouvaient arrêter leurs yeux sur la face de Moïse[20], à cause de la gloire de sa face, laquelle devait prendre fin, 8combien plus le ministère[T 25] de l’Esprit ne subsistera-t-il[21] pas en gloire ! 9Car si le ministère[T 25] de la condamnation a été gloire, combien plus le ministère[T 25] de la justice abonde-t-il[22] en gloire ! 10Car aussi ce qui a été glorifié n’a pas[23] été glorifié sous ce rapport, à cause de la gloire qui l’emporte de beaucoup. 11Car si ce qui devait prendre fin[T 26] [a été introduit] avec gloire, bien plus ce qui demeure [subsistera-t-il] en gloire ! 12Ayant donc une telle espérance, nous usons d’une grande liberté ; 13et [nous ne faisons] pas comme Moïse qui mettait un voile sur sa face, pour que les fils d’Israël n’arrêtassent pas leurs yeux sur la consommation de ce qui devait prendre fin. 14Mais leurs entendements[24] ont été endurcis, car jusqu’à aujourd’hui, dans la lecture de l’ancienne alliance, ce même voile demeure sans être levé[T 27], lequel prend fin en Christ. 15Mais jusqu’à aujourd’hui, lorsque Moïse est lu, le voile demeure sur leur cœur ; 16mais quand il se tournera vers le Seigneur, le voile sera ôté.)[25] 17Or le Seigneur est l’esprit[26] ; mais là où est l’Esprit du Seigneur[T 28],[27] il y a la liberté. 18Or nous tous, contemplant à face découverte la gloire du Seigneur[T 28], nous sommes transformés en[28] la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur en Esprit[29][T 29].

4 1C’est pourquoi, ayant ce ministère[30] comme ayant obtenu miséricorde, 2nous ne nous lassons point, mais nous avons entièrement renoncé aux choses honteuses qui se font en secret, ne marchant point avec ruse et ne falsifiant point la parole de Dieu, mais, par la manifestation de la vérité, nous recommandant nous-mêmes à toute conscience d’homme devant Dieu : 3et si aussi notre évangile est voilé, il est voilé en ceux qui périssent, 4en lesquels le dieu de ce siècle a aveuglé les pensées des incrédules, pour que la lumière de l’évangile de la gloire du Christ qui est l’image de Dieu, ne resplendît pas [pour eux][31][T 30]. 5Car nous ne nous prêchons pas nous-mêmes, mais [nous prêchons] le christ Jésus comme Seigneur, et nous-mêmes comme vos esclaves pour l’amour de Jésus. 6Car c’est le Dieu[32] qui a dit que du sein des ténèbres la lumière resplendît, qui a relui[33] dans nos cœurs pour faire luire[T 31] la connaissance de la gloire de Dieu dans la face de Christ[34].

7Mais nous avons ce trésor dans des vases de terre, afin que l’excellence de la puissance soit de Dieu et non pas de nous : 8étant dans la tribulation de toute manière, mais non pas réduits à l’étroit ; dans la perplexité, mais non pas sans ressource[T 32] ; 9persécutés, mais non pas abandonnés ; abattus, mais ne périssant pas ; 10portant toujours partout dans le corps la mort[35][T 33] de Jésus[36], afin que la vie aussi de Jésus soit manifestée dans notre corps. 11Car nous qui vivons, nous sommes toujours livrés à la mort pour l’amour de Jésus, afin que la vie aussi de Jésus soit manifestée dans notre chair mortelle. 12Ainsi donc la mort opère en nous, mais[T 34] la vie en vous. 13Or, ayant le même esprit de foi, selon ce qui est écrit : « J’ai cru, c’est pourquoi j’ai parlé »[37], nous aussi nous croyons, c’est pourquoi aussi nous parlons : 14sachant que celui qui a ressuscité le seigneur Jésus, nous ressuscitera aussi avec[38] Jésus, et nous présentera avec vous. 15Car toutes choses sont pour vous, afin que la grâce, abondant par le moyen de plusieurs[T 35], multiplie les actions de grâces à la gloire de Dieu.

16C’est pourquoi nous ne nous lassons point ; mais si même notre homme extérieur dépérit, toutefois l’homme intérieur est renouvelé de jour en jour. 17Car notre légère tribulation d’un moment, opère pour nous, en mesure surabondante, un poids éternel de gloire, 18nos regards[T 36] n’étant pas fixés sur les choses qui se voient, mais sur celles qui ne se voient pas : car les choses qui se voient sont pour un temps, mais celles qui ne se voient pas sont éternelles.

5 1Car nous savons que, si notre maison terrestre qui n’est qu’une tente[39][T 37], est détruite, nous avons un édifice de la part de Dieu, une maison qui n’est pas faite de main, éternelle, dans les cieux. 2Car aussi, dans cette tente, nous gémissons, désirant avec ardeur d’avoir revêtu notre domicile qui est[T 38] du ciel, 3si toutefois, même en étant vêtus, nous ne sommes pas trouvés nus. 4Car aussi nous qui sommes dans la tente, nous gémissons, étant chargés ; non pas que nous désirions[T 39] d’être dépouillés, mais [nous désirons] d’être revêtus, afin que ce qui est mortel soit absorbé par la vie. 5Or celui qui nous a formés à cela même, c’est Dieu, qui nous a aussi[40][T 40] donné les arrhes de l’Esprit. 6Nous avons donc toujours confiance, et nous savons[T 41] qu’étant présents[41] dans le corps, nous sommes absents[T 42] du Seigneur, 7car nous marchons par la foi, non par la vue ; 8nous avons, dis-je[T 43], de la confiance, et nous aimons mieux être absents[T 42] du corps et être présents[T 44] avec le Seigneur. 9C’est pourquoi aussi, que nous soyons présents[T 44] ou que nous soyons absents[T 42], nous nous appliquons avec ardeur à lui être agréables ; 10car il faut que nous soyons tous manifestés devant le tribunal du Christ, afin que chacun reçoive les choses [accomplies] dans[42] le corps[T 45], selon ce qu’il aura fait, soit bien, soit mal. 11Connaissant donc combien le Seigneur doit être craint[43], nous persuadons les hommes, mais nous avons été manifestés[T 46] à Dieu, et j’espère aussi que nous avons été manifestés[T 46] dans vos consciences. 12[44]Nous ne nous recommandons pas de nouveau à vous, mais nous vous donnons occasion de vous glorifier de nous, afin que vous ayez [de quoi répondre] à ceux qui se glorifient extérieurement et non pas du cœur[T 47]. 13Car si nous sommes hors de nous-mêmes, c’est pour Dieu[T 48] ; si nous sommes de sens rassis, c’est pour vous. 14Car l’amour du Christ nous étreint, en ce que nous avons jugé ceci, que si un est mort pour tous, tous donc sont morts[45][T 49], 15et qu’il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui pour eux est mort et a été ressuscité. 16En sorte que nous, désormais, nous ne connaissons[T 50] personne selon la chair ; et, si même nous avons connu[T 50] Christ selon la chair, toutefois maintenant nous ne le connaissons[T 50] plus [ainsi]. 17En sorte que si quelqu’un est en Christ, c’est une nouvelle création : les choses vieilles sont passées ; voici, toutes choses sont faites nouvelles ; 18et toutes sont du Dieu[46] qui nous a réconciliés avec lui-même par[47] Christ, et qui nous a donné le service de la réconciliation, 19savoir, que Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, ne leur imputant pas leurs fautes et mettant en nous la parole de la réconciliation. 20Nous sommes donc ambassadeurs pour Christ, — Dieu, pour ainsi dire, exhortant[T 51] par notre moyen ; nous supplions pour Christ : Soyez réconciliés avec Dieu ! 21[44]Celui qui n’a pas connu le péché, il l’a fait péché pour nous, afin que nous devinssions justice de Dieu en lui.

6 1Or, travaillant à cette même œuvre[48][T 52], nous aussi, nous exhortons à ce que vous n’ayez pas reçu la grâce de Dieu en vain ; 2(car il dit : « Au temps agréé je t’ai exaucé, et en un jour de salut je t’ai secouru »[49]. Voici, c’est maintenant le temps agréable ; voici, c’est maintenant le jour du salut) 3— ne donnant aucun scandale en rien, afin que le service ne soit pas blâmé, 4mais en toutes choses nous recommandant comme serviteurs de Dieu, par une grande patience, dans les tribulations, dans les nécessités, dans les détresses, sous les coups, 5dans les prisons, dans les troubles, dans les travaux, dans les veilles, dans les jeûnes, 6par la pureté, par la connaissance, par la longanimité, par la bonté, par l’Esprit Saint, par un amour sans hypocrisie, 7par la parole de la vérité, par la puissance de Dieu, par les armes de justice de la main droite et de la main gauche, 8dans la gloire et dans l’ignominie, dans la mauvaise et dans la bonne renommée ; comme séducteurs, et véritables ; 9comme inconnus, et bien connus[50] ; comme mourants, et voici, nous vivons ; comme châtiés, et non mis à mort ; 10comme attristés, mais toujours joyeux ; comme pauvres, mais enrichissant plusieurs ; comme n’ayant rien, et possédant toutes choses.

11Notre bouche est ouverte pour vous, ô Corinthiens ! notre cœur s’est élargi[T 53] : 12vous n’êtes pas à l’étroit en nous, mais vous êtes à l’étroit dans vos entrailles ; 13et, en juste récompense, (je [vous] parle comme à mes enfants,) élargissez-vous, vous aussi. 14Ne vous mettez pas sous un joug mal assorti[51][T 54] avec les incrédules ; car quelle participation y a-t-il entre la justice et l’iniquité[52][T 55] ? ou[53] quelle communion entre la lumière et les ténèbres ? 15et quel accord de Christ avec Béliar[54][T 56] ? ou quelle part a le croyant avec l’incrédule ? 16et quelle convenance y a-t-il entre le temple[55] de Dieu et les idoles ? Car vous êtes le temple[55] du Dieu vivant, selon ce que Dieu a dit : « J’habiterai au milieu d’eux, et j’y marcherai, et je serai leur Dieu, et eux seront mon peuple »[56]. 17« C’est pourquoi sortez du milieu d’eux, et soyez séparés, dit le *Seigneur, et ne touchez pas à ce qui est impur, et moi, je vous recevrai »[57] ; 18« et je vous serai pour père, et vous, vous me serez pour fils et pour filles, dit le *Seigneur, [le] Tout-puissant[58][T 57] ». 7 1Ayant donc ces promesses, bien-aimés, purifions-nous nous-mêmes de toute souillure de chair et d’esprit, achevant la sainteté dans la crainte de Dieu.

2Recevez-nous : nous n’avons fait tort à personne, nous n’avons ruiné[T 58] personne, nous ne nous sommes enrichis aux dépens de personne. 3Je ne dis pas ceci pour [vous] condamner, car j’ai déjà dit que vous êtes dans nos cœurs à mourir ensemble et à vivre ensemble. 4Ma franchise est grande envers vous, je me glorifie grandement de vous ; je suis rempli de consolation ; ma joie surabonde au milieu de toute notre affliction. 5Car aussi, lorsque nous arrivâmes en Macédoine, notre chair n’eut aucun repos, mais nous fûmes affligés en toute manière : au dehors, des combats ; au dedans, des craintes. 6Mais celui qui console ceux qui sont abaissés, Dieu, nous a consolés par la venue de Tite, 7et non seulement par sa venue, mais aussi par la consolation dont il a été rempli[T 59] à votre sujet, en nous racontant votre grand désir, vos larmes, votre affection ardente envers moi, de sorte que je me suis d’autant plus réjoui. 8Car si aussi[T 60] je vous ai attristés par ma lettre, je n’en ai pas de regret, si même[T 61] j’en ai eu du regret (car je vois que cette lettre vous a attristés, lors même que [ce n’a été que] pour un temps). 9Maintenant je me réjouis, non de ce que vous avez été attristés, mais de ce que vous avez été attristés à repentance ; car vous avez été attristés selon Dieu, afin qu’en rien vous ne receviez de préjudice de notre part. 10Car la tristesse qui est selon Dieu opère une repentance à salut dont on n’a pas de regret, mais la tristesse du monde opère la mort. 11Car voici, ce [fait] même que vous avez été attristés selon Dieu, quel empressement il a produit en vous, mais quelles excuses, mais quelle indignation, mais quelle crainte, mais quel ardent désir, mais quel zèle, mais quelle vengeance : À tous égards, vous avez montré que vous êtes purs dans l’affaire. 12Ainsi, si même je vous ai écrit, ce n’a point été à cause de celui qui a fait le tort ni à cause de celui à qui on a fait tort, mais afin que le zèle que nous avons pour vous[T 62], vous fût manifesté devant Dieu. 13C’est pourquoi nous avons été consolés[59]. Et nous nous sommes réjouis d’autant plus abondamment[T 63], dans notre[60] consolation, de la joie de[T 64] Tite, parce que son esprit a été récréé par vous tous[T 65]. 14Parce que, si en quelque chose je me suis glorifié de vous auprès de lui, je n’en ai pas été confus ; mais comme nous vous avons dit toutes choses selon la vérité, ainsi aussi ce dont nous nous étions glorifiés auprès de Tite s’est trouvé vrai, 15et son affection[61] se porte plus abondamment sur vous, quand il se souvient de l’obéissance de vous tous, comment vous l’avez reçu avec crainte et tremblement. 16Je me réjouis[62] de ce qu’en toutes choses j’ai de la confiance à votre égard.

8 1Or nous vous faisons connaître, frères, la grâce de Dieu donnée [aux saints] dans les assemblées de la Macédoine : 2c’est que, dans une grande épreuve de tribulation, l’abondance de leur joie et leur profonde pauvreté ont abondé dans la richesse de leur libéralité. 3Car selon leur pouvoir (j’en rends témoignage), et au delà de leur pouvoir, [ils ont agi] spontanément, 4nous demandant avec de grandes instances[63] la grâce et la communion[T 66] de ce service envers les saints ; 5et non [seulement] comme nous l’avions espéré, mais ils se sont donnés premièrement eux-mêmes au Seigneur, et puis à nous, par la volonté de Dieu ; 6de sorte que[T 67] nous avons exhorté Tite, afin que, comme il l’avait auparavant commencée, ainsi aussi il achevât à votre égard[T 68] cette grâce aussi. 7Mais[T 69] comme vous abondez en toutes choses : en foi, et en parole, et en connaissance, et en toute diligence, et dans votre amour envers nous, — que vous abondiez aussi dans cette grâce. 8Je ne parle pas comme [donnant un] commandement, mais à cause de la diligence d’autres personnes, et pour mettre à l’épreuve la sincérité de votre amour. 9Car vous connaissez la grâce de notre seigneur Jésus Christ, comment, étant riche, il a vécu dans la pauvreté pour vous, afin que par sa[64][T 70] pauvreté vous fussiez enrichis. 10Et en cela je [vous] donne un avis, car cela vous est profitable, à vous qui avez déjà commencé dès l’année passée, non seulement de faire, mais aussi de vouloir. 11Or maintenant, achevez aussi de faire, de sorte que, comme vous avez été prompts à vouloir, ainsi aussi [vous soyez prompts] à achever en prenant sur ce que vous avez ; 12car si la promptitude à donner existe, elle[65] est agréable selon ce qu’on[66] a, non selon ce qu’on n’a pas ; 13car ce n’est pas afin que d’autres soient à leur aise et que vous, vous soyez opprimés, mais sur un principe d’égalité : que dans le temps présent votre abondance [supplée] à leurs besoins, 14afin qu’aussi leur abondance supplée à vos besoins, de sorte qu’il y ait égalité, 15selon qu’il est écrit : « Celui qui [recueillait] beaucoup n’avait pas plus[67], et celui qui [recueillait] peu n’avait pas moins[67] »[68].

16Or grâces à Dieu qui met le même zèle pour vous dans le cœur de Tite ; 17car il a reçu l’exhortation ; mais, étant très-zélé, il est allé spontanément auprès de vous. 18Et nous avons envoyé avec lui le frère dont la louange dans l’évangile est répandue dans toutes les assemblées 19(et non seulement [cela], mais aussi il a été choisi par les assemblées pour notre compagnon de voyage, avec cette grâce qui est administrée par nous à la gloire du Seigneur lui-même, et [pour montrer] notre[69] empressement) ; 20évitant[T 71] que personne ne nous blâme dans cette abondance qui est administrée par nous ; 21car nous veillons[70] à ce qui est honnête, non seulement devant le Seigneur, mais aussi devant les hommes. 22Et nous avons envoyé avec eux notre frère, du zèle duquel, en plusieurs choses, nous avons souvent fait l’épreuve, et qui maintenant est beaucoup plus zélé à cause de la grande confiance qu’il a en vous. 23Quant à Tite, il est mon associé et mon compagnon d’œuvre auprès de vous ; quant à nos frères, ils sont les envoyés des assemblées, la gloire de Christ. 24Montrez donc envers eux,[71] devant les assemblées, la preuve de votre amour et du sujet que nous avons eu de nous glorifier de vous.

9 1Car pour ce qui est du service envers les saints, il est superflu que je vous en écrive ; 2car je connais votre promptitude, au sujet de laquelle je me glorifie de vous auprès des Macédoniens, [leur disant] que l’Achaïe est prête dès l’année passée ; et le zèle de chez vous a excité la généralité[72][T 72] [des frères] ; 3mais j’ai envoyé les frères, afin que ce en quoi nous nous sommes glorifiés de vous ne soit pas mis à néant à cet égard, afin que, comme je l’ai dit, vous soyez prêts, 4de peur que si des Macédoniens venaient avec moi et ne vous trouvaient pas prêts, nous (pour ne pas dire vous), nous ne fussions confus de cette assurance[73]. 5J’ai donc estimé nécessaire de prier les frères d’aller au préalable vers vous, et de compléter d’avance votre libéralité[T 73], annoncée d’avance, afin qu’elle soit ainsi prête comme une libéralité[T 73] et non comme une chose extorquée[T 74]. 6Or [je dis] ceci : Celui qui sème chichement moissonnera aussi chichement, et celui qui sème libéralement moissonnera aussi libéralement. 7Que chacun [fasse] selon qu’il se l’est proposé dans son cœur, non à regret, ou par contrainte, car Dieu aime celui qui donne joyeusement. 8Mais Dieu est puissant pour faire abonder toute grâce envers vous, afin qu’ayant toujours en toutes choses tout ce qui suffit, vous abondiez pour toute bonne œuvre, 9selon qu’il est écrit : « Il a répandu, il a donné aux pauvres, sa justice demeure éternellement »[74]. 10Or celui qui fournit de la semence au semeur et du pain à manger, fournira et multipliera votre semence, et augmentera[75][T 75] les fruits de votre justice, 11étant de toute manière enrichis pour une entière libéralité, qui produit par nous des actions de grâces à Dieu. 12Parce que l’administration[76] de cette charge, non seulement comble les besoins des saints, mais aussi abonde par beaucoup d’actions de grâces [rendues] à Dieu ; 13puisque, par l’expérience qu’ils font de ce service, ils glorifient Dieu pour la soumission dont vous faites profession à l’égard de l’évangile du Christ, et pour la libéralité de vos dons envers eux et envers tous, 14et par les supplications qu’ils font pour vous, étant animés d’une ardente affection envers vous, à cause de la surabondante grâce de Dieu [qui repose] sur vous. 15Grâces à Dieu pour son don inexprimable !

10 1Or moi-même, Paul, je vous exhorte par la douceur et la débonnaireté du Christ, moi qui, présent, quant à l’apparence suis chétif au milieu de vous, mais qui, absent, use de hardiesse envers vous… ; 2mais je vous supplie que, lorsque je serai présent, je n’use pas de hardiesse avec cette assurance avec laquelle je pense que je prendrai sur moi d’agir envers quelques-uns qui pensent que nous marchons selon la chair. 3Car, en marchant dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair ; 4car les armes de notre guerre ne sont pas charnelles, mais puissantes par Dieu[77][T 76] pour la destruction des forteresses, 5détruisant les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et amenant toute pensée captive à l’obéissance du Christ[T 77], 6et étant prêts à tirer vengeance de toute désobéissance, après que votre obéissance aura été rendue complète. 7Considérez-vous les choses selon l’apparence[78] ? Si quelqu’un a la confiance en lui-même d’être à Christ, qu’il pense encore ceci en lui-même, que, comme lui-même est à Christ, ainsi nous aussi [nous sommes à Christ][79]. 8Car si même je me glorifiais un peu plus de notre autorité que le Seigneur nous a donnée pour l’édification et non pas pour votre destruction, je ne serais pas confus ; 9— afin que je ne paraisse pas comme si je vous effrayais par mes lettres. 10Car ses lettres, dit-on, sont graves et fortes, mais sa présence personnelle est faible et sa parole méprisable. 11Qu’un tel homme estime que, tels que nous sommes en parole par nos lettres, étant absents, tels aussi nous sommes de fait, étant présents. 12Car nous n’osons pas nous ranger parmi quelques-uns qui se recommandent eux-mêmes, ou nous comparer à eux ; mais eux, se mesurant eux-mêmes par eux-mêmes, et se comparant eux-mêmes à eux-mêmes, ne sont pas intelligents[T 78] ; 13mais nous, nous ne nous glorifierons pas dans ce qui est au delà de notre mesure[T 79], mais selon la mesure de la règle que le Dieu de mesure nous a départie[T 80] pour parvenir aussi jusqu’à vous. 14Car nous ne nous étendons pas nous-mêmes plus qu’il ne faut, comme si nous ne parvenions pas jusqu’à vous, (car nous sommes arrivés même jusqu’à vous dans [la prédication de] l’évangile du Christ,) 15ne nous glorifiant pas dans ce qui est au delà de notre mesure, dans les travaux d’autrui, mais ayant espérance, votre foi s’accroissant, d’être abondamment agrandis au milieu de vous, selon notre règle, 16pour évangéliser[T 81] dans les lieux qui sont au delà de vous, non pas pour nous glorifier dans la règle d’autrui, des choses déjà toutes préparées. 17Mais que celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur ; 18car ce n’est pas celui qui se recommande lui-même qui est approuvé, mais celui que le Seigneur recommande.

11 1Je voudrais que vous supportassiez un peu ma folie[T 82] ! Mais aussi supportez-moi[T 83]. 2Car je suis jaloux à votre égard d’une jalousie de Dieu ; car je vous ai fiancés à un seul mari, pour vous présenter au Christ comme une vierge chaste. 3Mais je crains que, en quelque manière, comme le serpent séduisit Ève par sa ruse, ainsi vos pensées ne soient corrompues [et détournées] de la simplicité[T 84] quant au Christ. 4Car si celui qui vient prêche un autre Jésus que nous n’avons pas prêché, ou que vous receviez un esprit différent que vous n’avez pas reçu, ou un évangile différent que vous n’avez pas reçu, vous pourriez bien [le] supporter. 5Car j’estime que je n’ai été en rien moindre que les plus excellents apôtres. 6Et si même je suis un homme simple[T 85] quant au langage, je ne le suis pourtant pas quant à la connaissance ; mais nous avons été manifestés de toute manière, en toutes choses[T 86], envers vous[80]. 7Ai-je commis une faute en m’abaissant moi-même, afin que vous fussiez élevés, parce que je vous ai annoncé[81] gratuitement l’évangile de Dieu ? 8J’ai dépouillé d’autres assemblées en recevant un salaire pour vous servir. Et me trouvant auprès de vous et dans le besoin, je n’ai été à charge à personne ; 9(car les frères venus de Macédoine ont suppléé à mes besoins ;) et je me suis gardé de vous être à charge en quoi que ce soit, et je m’en garderai. 10Comme la vérité de Christ est en moi, cette gloire ne me sera pas interdite dans les contrées de l’Achaïe. 11Pourquoi ? Est-ce parce que je ne vous aime pas ? Dieu le sait. 12Mais ce que je fais, je le ferai encore, pour retrancher l’occasion à ceux qui veulent une occasion, afin qu’en ce de quoi ils se glorifient, ils soient trouvés aussi tels que nous. 13Car de tels hommes sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, se transformant en apôtres de Christ ; 14et ce n’est pas étonnant, car Satan lui-même se transforme en ange de lumière : 15ce n’est donc pas chose étrange si ses ministres aussi se transforment en ministres de justice, desquels la fin sera selon leurs œuvres.

16Je le dis encore : que personne ne me tienne pour un insensé ; ou bien, s’il en est autrement, recevez-moi, même comme un insensé, afin que moi aussi je me glorifie un peu. 17Ce que je dis, je ne le dis pas selon le Seigneur, mais comme un insensé, dans cette assurance [dont j’use] en me glorifiant. 18Puisque plusieurs se glorifient selon la chair, moi aussi je me glorifierai. 19Car vous supportez volontiers les insensés, étant sages vous-mêmes. 20Car si quelqu’un vous asservit, si quelqu’un vous dévore, si quelqu’un prend votre bien[82], si quelqu’un s’élève, si quelqu’un vous frappe au visage, vous le supportez. 21Je le dis pour ce qui regarde le déshonneur, comme si nous, nous avions été faibles ; mais dans ce en quoi quelqu’un pourrait être osé (je parle en insensé), moi aussi je suis osé. 22Sont-ils Hébreux ? — moi aussi. Sont-ils Israélites ? — moi aussi. Sont-ils la semence d’Abraham ? — moi aussi. 23Sont-ils ministres de Christ ? (je parle comme un homme hors de sens,) — moi outre mesure[T 87] ; dans les travaux surabondamment, sous les coups excessivement, dans les prisons surabondamment, dans les morts souvent, 24(cinq fois j’ai reçu des Juifs quarante [coups] moins un ; 25trois fois j’ai été battu de verges ; une fois j’ai été lapidé ; trois fois j’ai fait naufrage ; j’ai passé un jour et une nuit dans les profondeurs de la mer) ; 26en voyages souvent, dans les périls sur les fleuves, dans les périls de la part des brigands, dans les périls de la part de mes compatriotes, dans les périls de la part des nations, dans les périls à la ville, dans les périls au désert, dans les périls en mer, dans les périls parmi de faux frères, 27en peine et en labeur, en veilles souvent, dans la faim et la soif, dans les jeûnes souvent, dans le froid et la nudité : 28outre ces choses exceptionnelles[83], il y a ce qui me tient assiégé tous les jours, la sollicitude pour toutes les assemblées. 29Qui est faible, que je ne sois faible aussi ? Qui est scandalisé, que moi aussi je ne brûle ? 30S’il faut se glorifier, je me glorifierai dans ce qui est de mon infirmité[84]. 31Le Dieu et Père du seigneur Jésus[85][T 88] (lui qui est béni éternellement[86]), sait que je ne mens point. 32À Damas, l’ethnarque du roi Arétas faisait garder la ville des Damascéniens, voulant se saisir de moi ; 33et je fus dévalé dans une corbeille par une fenêtre à travers la muraille, et j’échappai à ses mains.

12 1Il est vrai qu’il est sans profit pour moi de me glorifier[T 89], car j’en viendrai à des visions et à des révélations du Seigneur[T 90]. 2Je connais[T 91] un homme en Christ, qui, il y a quatorze ans (si ce fut dans le corps, je ne sais ; si ce fut hors du corps, je ne sais ; Dieu le sait), [je connais] un tel homme qui a été ravi jusqu’au troisième ciel. 3Et je connais un tel homme, (si ce fut dans le corps, si ce fut hors du corps, je ne sais, Dieu le sait,) 4— qu’il a été ravi dans le paradis, et a entendu des paroles[87] ineffables[T 92] qu’il n’est pas permis[88] à l’homme d’exprimer. 5Je me glorifierai d’un tel homme, mais je ne me glorifierai pas de moi-même, si ce n’est dans mes infirmités. 6Car quand je voudrais me glorifier, je ne serais pas insensé, car je dirais la vérité ; mais je m’en abstiens, de peur que quelqu’un ne m’estime au-dessus de ce qu’il me voit être ou de ce qu’il a pu entendre dire de moi. 7Et afin que je ne m’enorgueillisse pas à cause de l’extraordinaire des révélations, il m’a été donné une écharde pour la chair, un ange[89] de Satan pour me souffleter, afin que je ne m’enorgueillisse pas. 8À ce sujet j’ai supplié trois fois le Seigneur, afin qu’elle se retirât de moi ; 9et il m’a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans l’infirmité. Je me glorifierai donc très-volontiers plutôt dans mes infirmités, afin que la puissance du Christ[T 93] demeure[90][T 94] sur moi. 10C’est pourquoi je prends plaisir dans les infirmités, dans les outrages, dans les nécessités, dans les persécutions, dans les détresses pour Christ : car quand je suis faible, alors je suis fort.

11Je suis devenu insensé[91] : vous m’y avez contraint ; car moi, j’aurais dû être recommandé par vous ; car je n’ai été en rien moindre que les plus excellents apôtres, quoique je ne sois rien. 12Certainement les signes d’un apôtre ont été opérés au milieu de vous avec[T 95] toute patience, [par][T 96] des signes, et des prodiges, et des miracles. 13Car en quoi avez-vous été inférieurs aux autres assemblées, sinon en ce que moi-même je ne vous ai pas été à charge ? Pardonnez-moi ce tort. 14Voici, cette[92] troisième fois, je suis prêt à aller auprès de vous ; et je ne vous serai pas à charge, car je ne cherche pas vos biens, mais vous-mêmes ; car ce ne sont pas les enfants qui doivent amasser pour leurs parents, mais les parents pour leurs enfants. 15Or moi, très-volontiers je dépenserai et je serai entièrement dépensé pour vos âmes, si même, vous aimant beaucoup plus, je devais être moins aimé.

16Mais soit ! moi, je ne vous ai pas été à charge, mais, étant rusé, je vous ai pris par finesse. 17Me suis-je enrichi à vos dépens par aucun de ceux que je vous ai envoyés ? 18J’ai prié Tite et j’ai envoyé le frère avec lui. Tite s’est-il enrichi à vos dépens ? N’avons-nous pas marché dans le même esprit ? N’avons-nous pas marché sur les mêmes traces ?

19Vous avez longtemps pensé[93][T 97] que nous nous justifions auprès de vous. Nous parlons devant Dieu en Christ, et toutes choses, bien-aimés, pour votre édification. 20Car je crains que, quand j’arriverai, je ne vous trouve pas tels que je voudrais, et que moi je ne sois trouvé par vous tel que vous ne voudriez pas, [et] qu’il n’y ait des querelles, des jalousies, des colères, des intrigues, des médisances, des insinuations, des enflures d’orgueil, des désordres, 21et qu’étant de nouveau revenu [au milieu de vous], mon Dieu ne m’humilie quant à[94][T 98] vous, et que je ne sois affligé à l’occasion de plusieurs de ceux qui ont péché auparavant et qui ne se sont pas repentis de l’impureté et de la fornication et de l’impudicité qu’ils ont commises.

13 1C’est ici la troisième fois que je viens à vous : par la bouche de deux ou de trois témoins toute affaire[95] sera établie. 2J’ai déjà dit, et je dis à l’avance, comme si j’étais présent pour la seconde fois, et maintenant étant absent,[96] à ceux qui ont péché auparavant et à tous les autres, que si je viens encore une fois, je n’épargnerai pas. 3Puisque vous cherchez une preuve que Christ[T 99] parle en moi (lequel n’est pas faible envers vous, mais puissant au milieu de vous ; 4car même s’il a été crucifié en[T 100] infirmité, néanmoins il vit par[T 101] la puissance de Dieu ; car aussi nous[T 102], nous sommes faibles en lui, mais nous vivrons avec lui, par[T 101] la puissance de Dieu envers vous), 5examinez-vous vous-mêmes[T 103], [et voyez] si vous êtes dans la foi ; éprouvez-vous vous-mêmes. Ne reconnaissez-vous pas à l’égard de vous-mêmes que Jésus Christ est en vous ? à moins que vous ne soyez des réprouvés ; 6mais j’espère que vous connaîtrez que nous, nous ne sommes pas des réprouvés. 7Mais nous prions[97] Dieu que vous ne fassiez aucun mal, non afin que nous, nous paraissions approuvés, mais afin que vous, vous fassiez ce qui est bon, et que nous, nous soyons comme des réprouvés ; 8car nous ne pouvons rien contre la vérité, mais pour la vérité. 9Car nous nous réjouissons lorsque nous, nous sommes faibles, et que vous, vous êtes puissants : et nous demandons ceci aussi, votre perfectionnement. 10C’est pourquoi j’écris ces choses étant absent, afin que, quand je serai présent, je n’use pas de sévérité, selon l’autorité[98][T 104] que le Seigneur m’a donnée pour l’édification et non pas pour la destruction.

11Au reste, frères, réjouissez-vous[T 105] ; perfectionnez-vous ; soyez consolés[99] ; ayez un même sentiment ; vivez en paix : et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous. 12Saluez-vous les uns les autres par un saint baiser. 13Tous les saints vous saluent. Que la grâce du seigneur Jésus Christ, et l’amour de Dieu, et la communion du Saint Esprit, soient avec vous tous ![100]



  1. 1,0 et 1,1 ou : encouragement, et encourager, dans tous ces versets, et souvent ailleurs.
  2. R. om. : le.
  3. R. place les mots entre parenthèses après « salut », à la fin du verset.
  4. ou : car.
  5. R. : n’a pas été.
  6. c.à.d. la constatation de toute la vérité divine est effectuée dans la personne de Christ.
  7. ou : auprès de Dieu, ou devant Dieu, pour gloire par nous.
  8. litt. : affermit avec vous à.
  9. ou : à cause de.
  10. R. : je vous ai écrit.
  11. sans doute dans sa première épître.
  12. ou : peine, répréhension.
  13. c.à.d. : l’assemblée, ou l’ensemble du corps en général.
  14. R. : si j’ai pardonné quelque chose à celui à qui j’ai pardonné.
  15. 15,0 et 15,1 litt. : dans.
  16. R. : à moins que nous n’ayons.
  17. signifie aussi : bien connue, lue de tous, publique.
  18. ou : Esprit.
  19. comparez vers. 3, 6, 8, 9 (ailleurs : service).
  20. voyez Ex. 34, 29-35.
  21. litt. : ne sera-t-il.
  22. ou : excelle-t-il.
  23. R. aj. : même.
  24. ailleurs : pensées ; voyez 4, 4, et 11, 3.
  25. la parenthèse commence au vers. 7.
  26. ou : l’Esprit : voyez vers. 6, 18, et la note, Rom. 1, 4.
  27. R. aj. : là.
  28. ou : selon.
  29. et : esprit ; — litt. : comme par [le] Seigneur, [l’]Esprit.
  30. ailleurs : service.
  31. R. a : pour eux.
  32. ou : c’est Dieu.
  33. lumière, au vers. 4.
  34. R. : Jésus Christ.
  35. proprement : le mourir.
  36. R. : du seigneur Jésus.
  37. Ps. 116, 10.
  38. R. : par.
  39. litt. : terrestre de tente.
  40. pl. om. : aussi.
  41. présents, — absents, dans ce passage, litt. : étant chez nous, — hors de chez nous.
  42. dans et par.
  43. litt. : la frayeur du Seigneur.
  44. 44,0 et 44,1 R. aj. : Car.
  45. ou : étaient morts.
  46. ou : de Dieu.
  47. R. aj. : Jésus.
  48. litt. : coopérant, dans le sens de travailler conjointement avec ; voyez 1 Cor. 3, 9.
  49. És. 49, 8.
  50. ou : reconnus.
  51. mal assorti, a trait à Lév. 19, 19 ; Deut. 22, 10.
  52. comme Rom. 6, 19.
  53. R. : et.
  54. plus. lisent : Bélial.
  55. 55,0 et 55,1 comme 1 Cor. 3, 16, et Éph. 2, 21.
  56. Lév. 26, 11-12.
  57. voyez És. 52, 11.
  58. ici, comme ailleurs souvent, *Seigneur répond à Jéhovah. Dieu, qui, dans l’Ancien Testament, dans ses rapports avec Israël, et avec Abraham, Isaac, et Jacob, prend ces deux noms de Jéhovah, et de Tout-puissant (voyez Gen. 17, 1 ; Ex. 6, 2-3), prend à notre égard le nom de Père.
  59. voyez la note, 1, 3.
  60. R. : votre.
  61. litt. : ses entrailles.
  62. R. aj. : donc.
  63. R. aj. : de recevoir.
  64. litt. : de celui-là, d’un tel que lui.
  65. ou : on.
  66. R. : quelqu’un.
  67. 67,0 et 67,1 ou plutôt : pas de superflu,… pas de manque.
  68. Ex. 16, 18.
  69. R. : votre.
  70. R. : veillant ; et om. : car.
  71. R. aj. : et.
  72. litt. : les plusieurs ; voyez la note, 2, 6.
  73. R. aj. : avec laquelle nous nous sommes glorifiés.
  74. Ps. 112, 9.
  75. R. : fournisse et multiplie… et augmente.
  76. litt. : le service.
  77. ou : divinement puissantes.
  78. voyez vers. 1.
  79. R. : [nous sommes] à Christ.
  80. ou : à vous, ou : devant vous.
  81. litt. : évangélisé.
  82. ou : vous prend.
  83. ou : de dehors.
  84. ou : faiblesse.
  85. R. : de notre seigneur Jésus Christ.
  86. litt. : pour les siècles.
  87. les choses dites, comme Jean 17, 8 (non pas 14).
  88. ou : il n’appartient pas.
  89. ou : messager.
  90. litt. : tabernacle.
  91. R. aj. : en me glorifiant.
  92. R. om. : cette.
  93. R. : Encore une fois, pensez-vous.
  94. ou : au milieu de.
  95. ou : parole.
  96. R. aj. : j’écris.
  97. R. : je prie.
  98. autorité et puissance.
  99. ou : soyez encouragés.
  100. R. aj. : Amen.



Notes de la version de 1872

  1. seigneur, sans l’article.
  2. παράϰλησις et παραϰαλέω seraient peut-être plutôt : encouragement, encourager (voyez Act. 20, 12 ; Matt. 2, 18), et παραμυθέομαι, plutôt consoler (voyez 1 Thess. 2, 11 ; 5, 14 ; Jean 11, 31). La différence n’est qu’une nuance.
  3. Je saisis cette occasion pour rappeler la différence, signalée dans la préface, entre Christ et le christ.
  4. en sorte de désespérer même de vivre, serait peut-être plus exact pour le sens ; mais on y perd le ἡμᾶς (nous). Nous avons désespéré est un peu trop historiquement affirmatif.
  5. pl. ont : sainteté.
  6. c. à d., je pense, une simplicité et une sincérité telles que Dieu les voudrait et les produit ; divines quant à leur caractère, comme nous disons « un acte de prince », « un coup de maître ».
  7. ou : lisez et reconnaissez ; mais je pense qu’il s’agit de ce que les Corinthiens connaissaient et avaient appris de lui par son séjour au milieu d’eux.
  8. ou : en partie ; car.
  9. ἐγένετο.
  10. ici γέγονε. L’apôtre passe de l’aoriste au parfait. Il ne parle pas du caractère de sa prédication, mais il déclare que la constatation de toute la vérité divine est effectuée dans la personne de Christ.
  11. on peut lire aussi : n’a pas été oui et non, mais il y a oui en lui (car autant il y a de promesses de Dieu, en lui est le oui et en lui l’amen), à la gloire de Dieu par nous.
  12. (βεϐαιῶν εἰς) litt. : affermit à.
  13. Quelques-uns rapportent cette phrase à la première lettre de l’apôtre ; dans ce cas il faut dire : Et je vous ai écrit cela même [que je vous ai écrit]. Mais il me paraît difficile de donner ce sens à αὐτὸ τοῦτο ; et dans ce qui suit, Paul rapporte ce qu’il vient de dire au temps d’alors, où il allait arriver. Le ἔϰρινα, j’ai jugé, du verset 1, se rapporte au dessein général qu’il avait formé.
  14. Ceci doit se rapporter je pense à la première épître ; il avait été depuis lors grandement consolé par l’arrivée de Tite.
  15. dans le sens de rétribution.
  16. il y a un article devant πλειόνων.
  17. ϰεχάρισμαι, au parfait : il l’avait fait, et le pardon continuait comme chose présente.
  18. 18,0 et 18,1 ἐκ. R. l’omet.
  19. ϰαπηλεύω, proprement : faire le commerce de détail, et puis : falsifier.
  20. R. : εἰ μή pour ἤ μή.
  21. ἀναγινώσϰω.
  22. litt. : étant manifestés que vous êtes.
  23. Ce mot est formé de la même racine que capable et capacité, vers. 5.
  24. non pas si glorieux ; mais le système fut introduit avec gloire (ἐγενήθη ἐν δόξῃ), en contraste avec subsister en gloire.
  25. 25,0 25,1 et 25,2 comp. 3, 3, 6 ; traduit ailleurs : service.
  26. τὸ ϰαταργούμενον est en contraste avec τὸ μένον, ce qui demeure. Ce qui a pris fin serait trop historique et ne présenterait pas assez le caractère abstrait de l’ancien système qui ne devait pas demeurer.
  27. Il ne fait pas l’objet d’un doute pour moi, que Moïse mettait le voile sur son visage pendant qu’il parlait au peuple, et que l’hébreu ne signifie rien d’autre. C’est le sens de Ex. 34, 33 ; et 34 le démontre.
  28. 28,0 et 28,1 seigneur sans l’article.
  29. voyez les vers. 6 et 17.
  30. R. a : pour eux dans le texte. Les éditeurs rejettent du texte ces mots ; mais je les ajoute entre [] afin de compléter le sens. Mais le passage me laisse quelques doutes, αὐγάσαι n’étant pas, que je sache, employé dans le grec classique comme verbe neutre. Grégoire de Naziance et Euripide l’emploient dans le sens de éclairant, illuminant quelque chose d’autre, mais le sens régulier et habituel du mot, c’est voir ou discerner. Toutefois, Lév. 13, 24, nous trouvons αὐγάζον, comme participe neutre, pour désigner l’apparence blanche de la lèpre, ce qui suppose peut-être un verbe neutre, si ce n’est pas un substantif, et en hébreu בהרת de בהר, luire. Si nous traduisons : discerner, le sens serait : pour qu’ils ne discernent pas la lumière de l’évangile de la gloire du christ qui est l’image de Dieu. Ambroise, il paraît, traduit ainsi, et Th. de Bèze l’approuve.
  31. φωτισμόν, traduit : lumière au vers. 4.
  32. ἀπορούμενοι, ἀλλʹ οὐϰ ἐξαπορούμενοι.
  33. νέϰρωσις, de νεϰρόω, n’est pas le fait de mourir, mais faire d’un vivant un cadavre ; mais employé par métonymie, non pas pour la mort, mais pour l’état produit par l’action dont le verbe actif est l’expression ; voyez Rom. 4, 19.
  34. R. a : μέν… δέ (au lieu de δέ seulement), équivaut ici à « et », ou à laisser sans le traduire.
  35. La grâce abondant par le moyen de plusieurs. La grâce de Dieu, parfaite en elle-même, se multiplie dans ses objets, de sorte que les actions de grâces abondent. Paul était délivré, mais tout était pour l’assemblée. Ce n’était pas seulement un avantage pour lui, mais bien plus pour tous, de sorte que la grâce ou l’avantage était multiplié et faisait que des actions de grâces abondaient à la gloire de Dieu. La forme de la pensée est particulière, mais le sens clair et frappant. J’ajoute cette note parce que, sauf la Vg. et quelques modernes, on a traduit autrement.
  36. La tournure de la phrase a quelque chose de causatif qui n’est pas le sens ; il s’agit du fait simplement.
  37. litt. : de la tente. Il y a en grec un article devant σϰήνους, mais je ne doute pas que σϰένους ne soit caractéristique, l’article se trouvant devant οἰϰία à cause de ἡμῶν et par conséquent régulièrement devant σϰήνους : ἡμῶν οἰκία τοῦ σκήνους est une seule idée, ἡμῶν se rapportant au tout.
  38. ἐϰ.
  39. ou : bien que nous ne voulions pas…, cependant de telle manière que. C’est une condition nécessaire à l’intelligence du verset 4.
  40. la plupart des autorités om. : aussi.
  41. litt. : ayant confiance et sachant, c’était leur état ; ils étaient θαῤῥοῦντες ϰαὶ εὶδότες.
  42. 42,0 42,1 et 42,2 à l’étranger, ou : hors de chez nous.
  43. on peut rendre ainsi peut-être le δέ.
  44. 44,0 et 44,1 litt. : étant chez nous.
  45. τὰ διά (employé par Platon ; voyez Meyer) : les choses qui dans leur accomplissement ont leur siège là.
  46. 46,0 et 46,1 c’est le parfait, c. à d. en grec ce qui est fait et dont l’effet continue.
  47. ou : en apparence et non pas du cœur.
  48. c. à d. qu’il était comme hors de sens quant aux pensées humaines en réalisant la présence de Dieu par l’Esprit. S’il oubliait le bienheureux calcul de l’amour qui traçait son chemin vers les hommes, c’était pour être hors de lui-même avec Dieu et pour Dieu : une bienheureuse alternative ! Son extase n’était pas excitation ou folie, mais s’il était hors de lui-même, c’était avec Dieu qu’il était ; s’il était de sens rassis, c’était le calcul de l’amour pour leur bien qui le remplissait.
  49. ou : étaient morts, ὰπέθανον. C’est l’aoriste et se rapporte à l’état dans lequel la mort de Christ démontrait qu’ils se trouvaient.
  50. 50,0 50,1 et 50,2 Voyez la note, 1 Cor. 8, 1. La première fois, connaissons, c’est οἴδαμεν ; la deuxième et la troisième fois, c’est ἐγνώϰαμεν et γιώσϰομεν.
  51. litt. : comme de Dieu exhortant. Dans comme si, il y a trop de similarité ou de comparaison entre Dieu et les envoyés. L’apôtre ne veut pas dire absolument que Dieu exhortait ou suppliait : il adoucit l’expression par ώς ; Dieu étant en Christ, et eux ambassadeurs de Christ, ils exhortaient de la part de Dieu, Dieu étant comme exhortant.
  52. La liaison se trouve dans le exhortant de 5, 20.
  53. non pas comme si le cœur de l’apôtre avait été étroit ; mais la conduite des Corinthiens l’avait refoulé en lui-même, et il s’ouvrait maintenant, et son cœur se répandait.
  54. mal assorti, est le sens plutôt que la traduction littérale de ἑτεροζυγοῦντες, qui se rapporte à la défense mosaïque de placer ensemble sous le même joug deux animaux différents (Lév. 19, 19 ; Deut. 22, 10).
  55. état sans loi, sans frein.
  56. avec Étienne et des critiques modernes. Th. de Bèze et les Elzévirs lisent : Bélial.
  57. Je n’ai pas de doute qu’ici, comme ailleurs souvent, l’article est omis en grec, parce que Seigneur est pris comme répondant à Jéhovah. Élohim [Dieu], qui est dans l’Ancien Testament, dans ses rapports avec Israël, et avec Abraham, Isaac et Jacob, prend ces deux noms de Jéhovah [l’Éternel], et de Schaddaï [Tout-puissant] (voyez Gen. 17, 1 ; Ex. 3, 15), prend à notre égard le nom de Père.
  58. peut se traduire aussi : corrompu.
  59. litt. : consolé.
  60. si aussi, en même temps que plus littéral, me paraît une expression plus délicate de sentiment que quoique. Si même supposerait ici un cas ou un doute extrême ; — aussi est l’admission d’un fait additionnel. C’est pourquoi je dis si même et lors même, pour les deux autres εἰ ϰαί de ce verset.
  61. L’apôtre admet la chose par voie de supposition, comme ce qu’il pouvait dire de plus fort ; il avait raison et il était inspiré, mais il ressentait personnellement la détresse et ne voulait pas que les Corinthiens ignorassent jusqu’où allait son amour pour eux.
  62. ou peut-être : afin que notre zèle pour vous devant Dieu vous soit manifesté. א, cod. Aug. (grec) et Clar. ont : votre zèle pour vous ; cod. Alex., Ital. et puis Chrysostôme : notre zèle pour vous ; Vg. et puis Matthaei : votre zèle pour nous, adopté peut-être avec raison par Tisch., Meyer, Alf. ; pas de Wette, à cause de πρὸς ὑμᾶς. Dans ce dernier cas, le sens serait : afin que vous discerniez combien véritablement vous nous aimiez, quoique égarés par de faux docteurs. Comp. le vers. 7 qui a peut-être amené le ὑμῶν ὑπὲρ ἡμῶν.
  63. περισσοτέρως μᾶλλον, idiome grec commun, même avec l’addition de πολλῷ, comme Phil. 1,23 (voyez Wetstein sur ce passage), πολλῴ μᾶλλον ϰρεῖσσον, ce qui est de beaucoup meilleur. En français, d’autant plus suppose plus qu’un simple fait ou une chose, et introduit l’idée d’un motif ou d’une cause, et quoique l’usage grec donne à cette locution généralement, simplement le sens d’un comparatif renforcé, il y a, je n’en doute pas, dans la pensée, un motif ou une cause non exprimée et qui est renfermée dans notre « d’autant ». Le vers. 14 semble donner la clef du vrai sens.
  64. R. : consolés dans votre consolation, et nous nous sommes réjouis d’autant plus abondamment de la joie de.
  65. On peut traduire peut-être : Et, dans notre consolation, nous nous sommes réjouis d’autant plus abondamment en la joie de Tite (car son esprit a été récréé par vous tous), car si en quelque chose, je… C’est aussi ici un de ces exemples fréquents dans cette épître, et non sans signification pour le sens, du changement de je en nous, le je étant plus personnel à Paul.
  66. χάριν ϰαὶ ϰοινωνίαν, c’est l’exercice actif de la grâce envers les saints de la Judée. χάριν n’est pas la collecte, mais la faveur manifestée envers les pauvres dans le don. Au lieu que Paul ait eu à presser les Macédoniens de prendre part à cette grâce, ce sont eux qui lui demandent la grâce et la communion de ce service, c.-à-d. d’être, quoique apôtre, l’instrument de sa manifestation par eux (voyez vers. 19).
  67. εἰς τό n’est pas l’effet produit, mais plutôt ce qui était la tendance de la grâce chez les Macédoniens, la tendance dont il avait parlé.
  68. εἰς ὑμᾶς.
  69. Paul veut dire : Mais mon but en faisant ainsi, ce que j’ai voulu en envoyant Tite, c’est que… Inutile de traduire ἀλλά, c’est pourquoi, et d’ajouter faites, comme ont fait Martin et Ostervald.
  70. sa est emphatique ; c’est ἐϰείνου, de celui-là, d’un tel que lui.
  71. στέλλομαι, ne se retrouve nulle part ailleurs dans ce sens, dérivé, paraît-il, d’un emploi nautique du mot ; voyez Érasme.
  72. τοὺς πλείονας. — Plusieurs, n’est pas le sens ; mais οἱ πολλοί, c’est la multitude, ou [les frères] en général ; voyez 2, 6 ; Rom. 12, 5 ; 1 Cor. 10, 17, 33.
  73. 73,0 et 73,1 c’est l’esprit dans lequel on donne : j’en fais mention à cause du vers. 6 : Dieu donne libéralement pour bénir ; et comme lui fait, nous devrions faire ; et ceux qui donnent ainsi, recevront ainsi de lui.
  74. ou : comme une cupidité ; — πλεονεξία vient d’un verbe qui implique avec le désir d’avoir, l’action de s’approprier, et même de s’approprier avec ruse.
  75. On peut traduire aussi : au semeur, fournira du pain à manger, et multipliera votre semence.
  76. ou, comme quelques-uns traduisent : divinement puissantes (un hébraïsme) ; ou puissantes d’une manière divine, devant Dieu, à ses yeux, en l’introduisant sur la scène.
  77. ou : de Christ.
  78. Pour le sens de συνίημι, comp. Marc 6, 52 ; 7, 14 ; 8, 17, 21 ; Rom. 3, 11 ; Marc 4, 12 ; Matt. 13, 13 ; Rom. 15, 21 ; etc.
  79. ἄμετρος, signifie d’une manière générale hors de mesure, immodéré, mais renferme aussi une allusion aux faux docteurs qui s’en allaient où Dieu ne les avait pas envoyés ; — voyez vers. 15.
  80. qqs. traduisent : que Dieu nous a départie, une mesure pour parvenir aussi jusqu’à vous.
  81. ou : annoncer la bonne nouvelle.
  82. litt. : me supportassiez dans un peu de folie.
  83. Qqs. traduisent, comme le grec le permet d’ailleurs, mais à tort à mon sens : vous me supportez.
  84. simplicité n’est pas un trait personnel ici, mais la doctrine quant à Christ, ce qu’une âme fidèle retenait en simplicité comme enseignée dans la vérité. — Qqs. aj. (ce qui me paraît, comme à Tisch. et à Meyer, simplement une glose) : pureté (ἁγνότητος) après ou avant simplicité ; c’est une fausse allusion au vers. 2.
  85. ἰδιώτης.
  86. ou : parmi tous.
  87. ὑτέρ est constamment ainsi employé par l’apôtre, non pas toutefois séparé des mots auxquels il se rapporte. Je ne vois pas qu’il soit usité dans le sens adverbial de encore plus, et le παραφρονῶν (comme un homme hors de sens) me paraît se rapporter à l’extraordinaire de ce que Paul disait, car lui sentait qu’en disant ministre de Christ, il disait tout ce qu’il y avait de plus excellent. C’est pourquoi il ne dit pas ἄφρων (insensé), mais παραφρονῶν (s’égarant complètement en dehors de la voie d’un esprit sain) ; son propre cœur ne lui permettait pas de parler comme il le faisait sans juger l’expression dont la folie de ces Corinthiens l’obligeait à se servir. Le περισσοτέρως (surabondamment) n’est pas réellement une comparaison, et ὑτερϐαλλόντως (excessivement) et πολλάϰις (souvent) montrent qu’il n’y avait pas de comparaison établie ; l’apôtre laissait son misérable compétiteur loin en arrière, et son âme se reportait avec une vraie satisfaction de cœur sur tout ce qu’il avait souffert pour Christ. Sa folie nous est donnée pour gain par Dieu. Moi encore plus, signifierait ou bien plus qu’eux, ou plus qu’un ministre de Christ, qui ne sont le vrai sens ni l’un ni l’autre, le premier même à cause du grec, il me semble, à part toute autre raison, le dernier tout à fait inadmissible.
  88. R., avec diverses autorités, ajoute : Christ.
  89. qqs. : ϰαυχᾶσθαι δεῖ, au lieu de ϰαυχᾶσθαι δή (א et d’autres : ϰαυχᾶσθαι δέ) : Il faut que je me glorifie, il est sans profit pour moi.
  90. seigneur sans l’article.
  91. Ici dans tout le passage : εἴδω, avoir la connaissance, savoir ; voyez la note, 1 Cor. 8, 1.
  92. ἄῤῥητα ῥήματα ; — ῥῆμα, c’est le dire, et par suite les choses dites dont il dit ici qu’il les a entendues. Il ne s’agissait pas, comme dans les mystères païens, de formes effrayantes de langage, mais les sujets des communications n’étaient pas appropriés à ce monde inférieur et à notre état mortel.
  93. ou : de Christ.
  94. ἐπισϰηνώση.
  95. ou : en.
  96. R. a : par, ou : en dans le texte.
  97. πάλιν pour πάλαι.
  98. ou : auprès de, au milieu de.
  99. Je ne dis pas : « le » christ, ici, parce que le τοῦ est lié spécialement avec λαλοῦντος.
  100. ou : par un effet de ; c’est ἐϰ — traduit ailleurs : sur le principe de.
  101. 101,0 et 101,1 ἐϰ.
  102. R. aj. un second : aussi.
  103. vous-mêmes est régime ici, non pas sujet.
  104. ou : la puissance — pas simplement la puissance (δύναμις), mais (ἐξουσία) la puissance avec le droit de l’exercer.
  105. ou : je vous salue.