Deuxième épître de Jean

De mipe
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ancien Testament

Nouveau Testament


1L’ancien à la dame élue et à ses enfants, que j’aime[T 1] dans [la][T 2] vérité, — et non pas moi seul, mais aussi tous ceux qui connaissent la vérité, 2— à cause de la vérité qui demeure en nous et qui sera avec nous à jamais. 3La grâce, la miséricorde, la paix, seront avec vous[T 3] de la part de Dieu le Père et de la part du seigneur[T 4] Jésus Christ le Fils du Père, dans [la] vérité et [dans l’]amour.

4Je me suis fort réjoui d’avoir trouvé de tes enfants marchant dans [la] vérité, comme nous en avons reçu le commandement de la part du Père. 5Or maintenant, ô dame, je te prie, non comme t’écrivant un nouveau commandement, mais celui que nous avons eu dès le commencement, que[T 5] nous nous aimions les uns les autres : 6et c’est ici l’amour, que nous marchions selon ses commandements. C’est ici le commandement, comme vous l’avez entendu dès le commencement, afin que vous y marchiez ; 7car plusieurs séducteurs sont sortis[1] dans le monde, ceux qui ne confessent pas Jésus Christ venant en chair : celui-là est le séducteur et l’antichrist. 8Prenez garde à vous-mêmes, afin que nous[T 6] ne perdions[T 7] pas ce que nous[T 6] avons opéré, mais que nous[T 6] recevions un plein salaire[T 8]. 9Quiconque[T 9] [vous] mène en avant[2][T 10] et ne demeure pas dans la doctrine du Christ, n’a pas Dieu. Celui qui demeure dans la doctrine[3], celui-là a le Père et le Fils. 10Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison et ne le saluez pas, 11car celui qui le salue participe à ses mauvaises œuvres. 12Ayant beaucoup de choses à vous écrire, je n’ai pas voulu le faire avec du papier et de l’encre, mais[4] j’espère aller vers vous et vous parler bouche à bouche, afin que notre[T 11] joie soit accomplie. 13Les enfants de ta sœur élue te saluent.[5]



  1. R. : sont entrés.
  2. R. : transgresse.
  3. R. aj. : du Christ.
  4. qqs. : car.
  5. R. aj. : Amen.



Notes de la version de 1872

  1. je, emphatique.
  2. Le grec n’a pas l’article ; mais il dit plus que simplement : j’aime véritablement, quoique personne ne puisse aimer vraiment, si ce n’est dans la vérité ; il s’agit, dans la pensée de l’apôtre, du caractère de l’amour ; c’était l’amour dans [la] vérité. Comp. vers. 3, 4.
  3. pl. : avec nous.
  4. seigneur, sans l’article ; — pl. om. : seigneur ; mais א et Porph. (Tisch. M. S. In.) l’ont.
  5. En dépit des commentateurs, à cause de l’emploi constant de ἵνα dans Jean et de sa connexion avec ἐντολή, je pense que l’apôtre passe insensiblement de sa propre exhortation personnelle au commandement de Christ « que » nous nous aimions…
  6. 6,0 6,1 et 6,2 pl. ont ici : vous ; mais je pense que le R. est juste.
  7. On a torturé le texte ici en plusieurs sens, faute de le comprendre, et sous l’influence de fausses doctrines.
  8. μισθόν, en liaison avec εἰργασάμεθα, dans le sens de récompense ou gages pour un travail.
  9. πᾶς ὁ, voyez 1 Jean 2, 19.
  10. C’est ici ce qui est appelé développement : il ne demeure pas dans ce qui était dès le commencement.
  11. pl. : votre.