Seconde épître de Pierre

De mipe
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ancien Testament

Nouveau Testament

1 1Siméon Pierre, esclave et apôtre de Jésus Christ, à ceux qui ont reçu en partage une foi de pareil prix avec nous, par [la] justice de notre Dieu et Sauveur Jésus Christ : 2Que la grâce et la paix vous soient multipliées dans[1] la connaissance[T 1] de Dieu et de Jésus notre Seigneur !

3Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui regarde la vie et la piété, par la connaissance[T 1] de celui qui nous a appelés par [la] gloire et par [la] vertu[T 2], 4par lesquelles il nous a donné[2] les très-grandes et précieuses promesses, afin que par elles vous participiez de la nature divine, ayant échappé à la corruption qui est dans le monde par la convoitise… ; 5[T 3]pour cette même raison aussi, y apportant[3][T 4] tout empressement, joignez à votre foi, la vertu ; et à la vertu, la connaissance ; 6et à la connaissance, la tempérance ; et à la tempérance, la patience ; et à la patience, la piété ; 7et à la piété, l’affection fraternelle ; et à l’affection fraternelle, l’amour ; 8car, si ces choses sont en vous et y abondent, elles font que vous ne serez pas oisifs ni stériles pour ce qui regarde la connaissance[T 1] de notre Seigneur Jésus Christ ; 9car celui en qui ces choses ne se trouvent pas est aveugle, et ne voit pas loin, ayant oublié la purification de ses péchés d’autrefois. 10C’est pourquoi, frères, étudiez-vous d’autant plus à affermir votre appel et votre élection, car en faisant ces choses vous ne faillirez jamais ; 11car ainsi l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ vous sera richement donnée[4].

12C’est pourquoi je m’appliquerai à[5] vous faire souvenir toujours de ces choses, quoique vous les connaissiez[T 5] et que vous soyez affermis dans la vérité présente. 13Mais j’estime qu’il est juste, tant que je suis dans cette tente, de vous réveiller en rappelant [ces choses] à votre mémoire, 14sachant que le moment de déposer ma tente s’approche rapidement, comme aussi notre Seigneur Jésus Christ me l’a montré ; 15mais je m’étudierai à ce qu’après mon départ vous puissiez aussi en tout temps vous rappeler[T 6] ces choses. 16Car ce n’est pas en suivant des fables ingénieusement imaginées, que nous vous avons fait connaître la puissance et la venue de notre Seigneur Jésus Christ, mais comme ayant été témoins oculaires[T 7] de sa majesté. 17Car il reçut[T 8] de Dieu le Père honneur et gloire, lorsqu’une telle voix lui fut adressée par la gloire magnifique : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai[6] trouvé mon plaisir ». 18Et nous, nous entendîmes cette voix venue[T 9] du ciel, étant avec lui sur la sainte montagne. 19Et nous avons la parole prophétique [rendue] plus ferme, (à laquelle vous faites bien d’être attentifs, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur), jusqu’à ce que [le] jour ait commencé à luire et que [l’]étoile du matin se soit levée dans vos cœurs, 20sachant ceci premièrement, qu’aucune prophétie de l’écriture ne s’interprète elle-même[7][T 10]. 21Car [la] prophétie n’est jamais[8] venue[T 9] par la volonté de l’homme, mais de[9] saints hommes de Dieu ont parlé, étant poussés[T 11] par l’Esprit Saint.

2 1Or il y a eu aussi de faux prophètes parmi le peuple, comme aussi il y aura parmi vous de faux docteurs qui[T 12] introduiront furtivement des sectes[10][T 13] de perdition, reniant aussi le maître[11] qui les a achetés, faisant venir sur eux-mêmes une prompte destruction ; 2et plusieurs suivront leurs excès[12] : et à cause d’eux la voie de la vérité sera blasphémée ; 3et, par cupidité, ils feront trafic de vous avec des paroles artificieuses ; mais leur jugement[T 14], dès longtemps, ne demeure pas oisif, et leur destruction ne sommeille pas. 4Car, si Dieu n’a pas épargné les anges qui ont péché, mais, les ayant précipités dans l’abîme, les a livrés pour être gardés dans des chaînes d’obscurité[T 15] pour le jugement ; 5— et s’il n’a pas épargné l’ancien monde, mais a préservé Noé, lui huitième[T 16], prédicateur de justice, faisant venir [le] déluge sur un monde d’impies ; 6— et si, réduisant en cendres les villes de Sodome et de Gomorrhe, il les a condamnées par une totale subversion, les établissant pour être un exemple à ceux qui vivraient dans l’impiété ; 7et s’il a délivré le juste Lot, accablé par la conduite débauchée de ces hommes pervers, 8(car ce juste qui habitait parmi eux, les voyant et les entendant, tourmentait de jour en jour son âme juste à cause de leurs actions iniques[13][T 17],) 9— le Seigneur sait délivrer de la tentation les hommes pieux, et réserver les injustes pour le jour du jugement, pour être punis, 10mais spécialement ceux qui suivent[14] la chair dans la convoitise de l’impureté et qui méprisent la domination. Gens audacieux, adonnés à leur sens, ils ne tremblent pas en injuriant les dignités[15], 11tandis que[T 18] les anges, plus grands en force et en puissance, ne portent pas contre elles de jugement injurieux devant le *Seigneur. 12Mais ceux-ci, comme des bêtes sans raison, [purement] animales, nées pour être prises et détruites, parlant injurieusement dans les choses qu’ils ignorent, périront aussi[16][T 19] dans leur propre corruption, 13recevant la récompense de l’iniquité[17], estimant plaisir les voluptés d’un jour[18][T 20] ; — des taches et des souillures, s’abandonnant aux délices de leurs propres tromperies tout en faisant des festins avec vous ; 14ayant les yeux pleins d’adultère et ne cessant jamais de pécher ; amorçant les âmes mal affermies, ayant le cœur exercé à la cupidité[19][T 21], enfants de malédiction. 15Ayant laissé le droit chemin, ils se sont égarés, ayant suivi[T 22] le chemin de Balaam, [fils] de Bosor, qui aima le salaire d’iniquité[17] ; 16mais il fut repris de sa propre désobéissance : une bête de somme muette, parlant d’une voix d’homme, réprima la folie du prophète. 17Ce sont des fontaines sans eau et[T 23] des nuages[T 24] poussés par la tempête, [des gens] à qui l’obscurité des ténèbres est réservée pour toujours[T 25] ; 18car, en prononçant d’orgueilleux discours de vanité, ils amorcent par les convoitises de la chair, par leurs impudicités, ceux qui avaient depuis peu[20] échappé à ceux qui vivent dans l’erreur ; 19— leur promettant la liberté, eux qui sont esclaves de la corruption ; car on est esclave de celui par qui on est vaincu. 20Car, si, après avoir échappé aux souillures du monde par la connaissance[T 26] du Seigneur et Sauveur Jésus Christ, étant de nouveau enlacés, ils sont vaincus par elles, leur dernière condition est pire que la première ; 21car il leur eût mieux valu n’avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l’avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné ; 22mais[T 27] ce que dit le proverbe véritable leur est arrivé : Le chien est retourné à ce qu’il avait vomi lui-même, et la truie lavée, à se vautrer au bourbier[21].

3 1Je vous écris déjà, bien-aimés, cette seconde lettre ; et, dans l’une et dans l’autre, je réveille votre pure intelligence en rappelant [ces choses] à votre mémoire, 2afin que vous vous souveniez des paroles qui ont été dites à l’avance par les saints prophètes, et du commandement du Seigneur et Sauveur par vos apôtres[22][T 28], 3sachant tout d’abord ceci, qu’aux derniers jours[23][T 29] des moqueurs viendront, marchant dans la moquerie[24] selon leurs propres convoitises et disant : 4Où est la promesse de sa venue ? car, depuis que les pères se sont endormis, toutes choses demeurent au même état[T 30] dès le commencement de la création. 5Car ils ignorent volontairement ceci, que, par la parole de Dieu, des cieux subsistaient jadis, et une terre [tirée] des eaux[25] et subsistant au milieu des eaux[25], 6par lesquelles le monde d’alors fut détruit, étant submergé par de l’eau. 7Mais les cieux et la terre de maintenant sont réservés par sa[26] parole[T 31] pour le feu[T 32], gardés pour le jour du jugement et de la destruction des hommes impies. 8Mais n’ignorez pas cette[T 33] chose[T 34], bien-aimés, c’est qu’un jour est devant le *Seigneur comme mille ans, et mille ans comme un jour. 9Le *Seigneur ne tarde pas pour ce qui concerne la promesse, comme quelques-uns estiment qu’il y a du retardement ; mais il est patient envers vous[27], ne voulant[T 35] pas qu’aucun périsse, mais que tous viennent[T 36] à la repentance. 10Or le jour du *Seigneur[T 37] viendra comme un voleur[28] ; et, dans ce jour-là, les cieux passeront avec un bruit sifflant, et les éléments embrasés seront dissous, et la terre et les œuvres qui sont en elle seront brûlées entièrement.

11Toutes ces choses devant donc se dissoudre, quelles [gens] devriez-vous être en sainte conduite et en piété, 12attendant et hâtant la venue du jour de Dieu, à cause duquel les cieux en feu seront dissous et les[T 38] éléments embrasés se fondront. 13Mais, selon sa promesse, nous attendons de nouveaux cieux et une nouvelle terre, dans lesquels la justice habite. 14C’est pourquoi, bien-aimés, en attendant ces choses, étudiez-vous à être trouvés sans tache et irréprochables devant lui, en paix ; 15et estimez que la patience[T 39] de notre Seigneur est salut, comme notre bien-aimé frère Paul aussi vous a écrit selon la sagesse qui lui a été donnée, 16ainsi qu’[il le fait] aussi dans toutes ses lettres, où il parle de ces choses, parmi lesquelles il y en a de difficiles à comprendre, que les ignorants et les mal affermis tordent, comme aussi les autres écritures, à leur propre destruction.

17Vous donc, bien-aimés, sachant [ces choses] à l’avance, prenez garde, de peur qu’étant entraînés[T 40] par l’erreur des pervers, vous ne veniez à déchoir de votre propre fermeté ; 18mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ. À lui la gloire, et maintenant et jusqu’au jour d’éternité ! Amen.



  1. ou : par.
  2. ou : nous ont été données.
  3. litt. : apportant en outre ou : en même temps.
  4. plutôt : fournie.
  5. R. : ne négligerai pas de.
  6. litt. : moi j’ai.
  7. ou : n’est d’une interprétation particulière.
  8. ou : pas autrefois.
  9. R. : les.
  10. c.à.d. : écoles (non pas schismes), comme 1 Cor. 11, 19.
  11. comme Luc 2, 29.
  12. R. : voies de perdition.
  13. voyez Héb. 8, 12, et 1 Cor. 9, 21.
  14. litt. : marchent après.
  15. litt. : gloires.
  16. R. om. : aussi.
  17. 17,0 et 17,1 comme Jacq. 3, 6.
  18. ou : de jour, en plein jour, en contraste avec 1 Thess. 5, 7.
  19. ou : exercé à séduire.
  20. ou : à peine, à peu près ; — R. : réellement.
  21. voyez Prov. 26, 11.
  22. R. : commandement de nous les apôtres du Seigneur et Sauveur.
  23. R. : à la fin des jours.
  24. R. om. : dans la moquerie.
  25. 25,0 et 25,1 litt. : de l’eau.
  26. R. : la même.
  27. R. : nous.
  28. R. aj. : dans la nuit.



Notes de la version de 1872

  1. 1,0 1,1 et 1,2 ἐπίγνωσις, réelle, pleine connaissance.
  2. pl. : par [sa] propre gloire et vertu.
  3. le grec a ici un δέ qu’on ne peut guère rendre en français.
  4. παρεισενέγϰαντες, apportant en outre ou en même temps.
  5. εἴδω, connaître, savoir — en avoir connaissance en soi-même.
  6. ou : à ce qu’après mon départ, en tout temps aussi, vous vous rappeliez. Il veut que non seulement étant présent, mais qu’en tout temps aussi…
  7. ἐπόπτης (non pas αὐτόπτης), admis à la vision immédiate de la gloire — mot usité pour désigner la pleine initiation aux mystères.
  8. litt. : Car ayant reçu. On pourrait lier ceci, pour ce qui est du sens, avec le vers. 19 ; mais ce serait peu grammatical. J’aime mieux le rattacher abstraitement au vers. 16 ; comp. 2, 1, où, avec ϰαί, nous trouvons un participe employé de la même manière.
  9. 9,0 et 9,1 ou : apportée, sortie, avec le sens de : sortie oraculairement ; traduit au vers. 17, « adressée ».
  10. ἰδίας ἐπιλύσεως οὐ γίνεται — ne s’explique par sa propre signification comme une sentence humaine ; elle doit être comprise par, et selon l’Esprit qui l’a dictée. La « prophétie » est, ainsi que je l’entends, le sens de la prophétie, la chose que la prophétie avait en vue. Or ce sens de la prophétie (la prophétie), on ne le trouve pas par une interprétation humaine d’un passage isolé qui a sa propre signification, sa propre solution et son propre sens, comme si un homme l’exprimait ; car la prophétie est une partie de la pensée de Dieu exprimée en parole selon que de saints hommes poussés par l’Esprit saint ont parlé. L’apôtre, par « la prophétie de l’écriture », entend la chose prophétisée, sans perdre l’idée du passage qui l’exprime.
  11. φερόμενοι, portés par.
  12. οἵτινες, qui sont tels que.
  13. secte, non comme schisme, mais comme école formée sur une opinion.
  14. litt. : pour lesquels le jugement.
  15. qqs. ont : cavernes d’obscurité, σειροῖς pour σειραῖς.
  16. c. à d. l’un de huit.
  17. litt. : sans loi, sans frein.
  18. ὅπου, proprement : où.
  19. R. om. : aussi, lisant : ϰαταφθαρήσονται, au lieu de ϰαὶ φθαρήσονται.
  20. ou : de jour, en plein jour, en contraste avec « ceux qui s’enivrent, s’enivrent la nuit » (1 Thess. 5, 7) ; mais voyez Wetstein sur ce passage. Il n’y a pas là ἐν ήμερᾳ, comme nous avons ici. L’usage de τρυφήν ne laisse pas de doute sur le sens du passage.
  21. ou : ayant un désir charnel et cherchant à séduire — exercé à séduire, qui est, je crois, le vrai sens. — R. a : les cupidités.
  22. ἐξαϰολουθήσαντες paraît avoir le simple sens de ἀϰολουθήσαντες ; voyez 1, 16 ; 2, 2.
  23. R. om. : et.
  24. ὁμίχλαι. — R. : nuées (νεφέλαι).
  25. qqs. om. : pour toujours.
  26. ἐπιγνώσει, comme partout dans cette épître ; ainsi ἐπεγνωϰέναι, ἐπιγνοῦσι au vers. 21. — Au chap. 3, 3, il y a γινώσϰοντες.
  27. qqs. om. : mais.
  28. R. : et du commandement de nous les apôtres du seigneur et sauveur, τῆς τῶν ἀποστόλων ἡμῶν. La construction est difficile avec un double génitif ; le plus simple est de considérer le ὑπό devant ἁγίων προφητῶν comme sous-entendu devant ἀποστόλων ; sinon il faut lier : τοῦ ϰυρίου ϰαὶ σωτῆρος à ἀποστόλων ; mais, avec ὑμῶν, cette construction devient impossible.
  29. litt. : aux derniers des jours.
  30. ou : comme elles ont été. Pour cette traduction de οὕτω dans le sens pratique, voyez Jean 4, 6. — οὕτω exprime l’état présent : les choses ont continué telles quelles, voyez Act. 20, 11 ; 27, 17 ; voyez Winer p. 702 ; comp. ϰεῖς οὕτως (Iliade 2, 21, 184) : l’état dans lequel vous vous trouvez déjà, cité dans le dictionnaire de Liddell et Scott. Le sens est parfaitement clair.
  31. R. : la même parole, αὐτῷ pour αὐτοῦ.
  32. ou : étant gardé pour le feu.
  33. litt. : cette une (ἕν δὲ τοῦτο).
  34. ou, plus exactement : que cette chose ne vous reste pas cachée — et de même au vers. 5.
  35. βουλόμενος.
  36. Quelques-uns voudraient traduire χωρῆσαι par avancent vers, mais je doute qu’ils aient raison ; car χωρέω signifie aussi : en venir à, tourner à, et je ne vois pas que εἰς soit une difficulté. Il est ordinairement lié à un adverbe, mais aussi employé absolument ; c’est pourquoi il faut dire viennent, c. à d. en viennent là. D’autres voudraient qu’on dît : reçoivent ; voyez Kypke sur ce passage. Josèphe (dans de Wette) a aussi : εἰς πόλεμον ἐχωρεῖ.
  37. seigneur, sans l’article.
  38. L’absence de l’article est poétique ici : à cause duquel des cieux enflammés seront dissous et des éléments embrasés se fondront. Le participe prend pour ainsi dire la place de l’article.
  39. μαϰροθυμίαν.
  40. litt. : entraînés avec eux.