Seconde épître à Timothée

De mipe
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ancien Testament

Nouveau Testament

1 1Paul, apôtre de Jésus Christ[T 1] par la volonté de Dieu, selon la promesse de la vie qui est dans le christ Jésus, 2à Timothée, [mon] enfant bien-aimé : Grâce, miséricorde, paix, de la part de Dieu le Père et du christ Jésus notre Seigneur !

3Je suis reconnaissant envers Dieu, que je sers dès mes ancêtres avec une conscience pure, de ce que je me souviens si constamment de toi dans mes supplications, nuit et jour 4(désirant ardemment de te voir, me souvenant de tes larmes, afin que je sois rempli de joie,)[T 2] 5me rappelant la foi sincère qui [est][1][T 3] en toi, et qui a d’abord habité dans ta grand’mère Loïs et dans ta mère Eunice, et, j’en suis persuadé, en toi aussi. 6C’est pourquoi je te rappelle de ranimer le don de grâce de Dieu qui est en toi par l’imposition de mes mains ; 7car Dieu ne nous a pas donné un esprit de crainte, mais de puissance, et d’amour, et de conseil[2][T 4]. 8N’aie donc pas honte du témoignage de notre Seigneur, ni de moi son prisonnier, mais prends part aux souffrances de l’évangile[T 5], selon la puissance de Dieu, 9qui nous a sauvés et nous a appelés d’un saint appel, non selon nos œuvres, mais selon son propre dessein, et sa propre grâce qui nous a été donnée dans le christ Jésus avant les temps des siècles, 10mais qui a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Jésus Christ, qui a annulé la mort et a fait luire la vie et l’incorruptibilité par l’évangile ; 11pour lequel moi j’ai été établi prédicateur et apôtre et docteur des nations. 12C’est pourquoi aussi je souffre ces choses ; mais je n’ai pas de honte, car je sais qui j’ai cru[T 6], et je suis persuadé qu’il a la puissance de garder ce que je lui ai confié[3], jusqu’à ce jour-là. 13Aie un modèle[4][T 7] des saines paroles que tu as entendues de moi, dans la foi et l’amour qui est dans le christ Jésus. 14Garde le bon dépôt par l’Esprit Saint qui habite en nous. 15Tu sais ceci, que tous ceux qui sont en Asie, du nombre desquels sont Phygelle et Hermogène, se sont détournés de moi. 16Le Seigneur fasse miséricorde à la maison d’Onésiphore, car il m’a souvent consolé et n’a point eu honte de ma chaîne, 17mais, quand il a été à Rome, il m’a cherché très-soigneusement et il m’a trouvé. 18Le Seigneur lui fasse trouver miséricorde de la part du Seigneur[T 8] dans ce jour-là ; et tu sais mieux [que personne] combien de services il a rendus dans Éphèse.

2 1Toi donc, mon enfant, fortifie-toi[5] dans la grâce qui est dans le christ Jésus ; 2et les choses que tu as entendues de moi devant[T 9] plusieurs témoins, commets-les à des hommes fidèles qui soient capables d’instruire aussi les autres. 3Prends ta part des souffrances[6][T 10] comme un bon soldat de Jésus Christ. 4Nul homme qui va à la guerre[7] ne s’embarrasse dans les affaires de la vie, afin qu’il plaise à celui qui l’a enrôlé pour la guerre ; 5de même si quelqu’un combat dans la lice, il n’est pas couronné s’il n’a pas combattu selon les lois ; 6il faut que le laboureur travaille premièrement[T 11], pour qu’il jouisse des fruits.

7Considère ce que je dis ; car le Seigneur te donnera[8] de l’intelligence en toutes choses.

8Souviens-toi de Jésus Christ, ressuscité d’entre les morts, de la semence de David, 9selon mon évangile, dans lequel j’endure des souffrances jusqu’à être lié de chaînes[9] comme un malfaiteur ; toutefois la parole de Dieu n’est pas liée. 10C’est pourquoi j’endure tout pour l’amour des élus, afin qu’eux aussi obtiennent[10][T 12] le salut qui est dans le christ Jésus, avec la gloire éternelle. 11Cette parole est certaine ; car si nous sommes morts avec lui, nous vivrons aussi avec lui ; 12si nous souffrons[11][T 13], nous régnerons aussi avec lui ; si nous le renions[T 14], lui aussi nous reniera ; 13si nous sommes incrédules, lui demeure fidèle, car[12] il ne peut se renier lui-même.

14Remets ces choses en mémoire, protestant devant le Seigneur qu’on n’ait pas de disputes de mots, [ce qui est] sans aucun profit, [et] pour la subversion des auditeurs. 15Étudie-toi à te présenter approuvé à Dieu, ouvrier qui n’a pas à avoir honte, exposant justement[13] la parole de la vérité ; 16mais évite les discours vains et profanes, car [ceux qui s’y livrent] iront plus avant dans l’impiété, 17et leur parole rongera comme une gangrène, desquels sont Hyménée et Philète qui se sont écartés de la vérité, 18disant que la résurrection a déjà eu lieu, et qui renversent la foi de quelques-uns. 19Toutefois[T 15] le solide fondement de Dieu demeure, ayant ce sceau : Le Seigneur connaît ceux qui sont siens, et : Qu’il se retire de l’iniquité[14], quiconque prononce[15] le nom du Seigneur[16][T 16]. 20Or, dans une grande maison, il n’y a pas seulement des vases d’or et d’argent, mais aussi de bois et de terre ; et les uns à honneur, les autres à déshonneur. 21Si donc quelqu’un se purifie de[T 17] ceux-ci, il sera un vase à honneur, sanctifié, [T 18]utile au[17] maître, préparé pour toute bonne œuvre. 22Mais fuis les convoitises de la jeunesse, et poursuis la justice, la foi, l’amour, la paix, avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur ; 23mais évite les questions folles et insensées[18][T 19], sachant qu’elles engendrent des contestations. 24Et il ne faut pas que l’esclave du Seigneur[T 20] conteste, mais qu’il soit doux envers tous, propre à enseigner[T 21], ayant du support ; 25enseignant[19] avec douceur les opposants, [attendant] si Dieu, peut-être[20], ne leur donnera pas la repentance pour reconnaître la vérité, 26et s’ils ne se réveilleront pas du piège du diable, par qui ils ont été pris, pour faire sa[21][T 22] volonté.

3 1Or sache ceci, que dans les derniers jours il surviendra des temps fâcheux ; 2car les hommes seront égoïstes, avares, vantards, hautains, outrageux, désobéissants à leurs parents, ingrats[T 23], sans piété, sans affection naturelle, 3implacables[22], calomniateurs, incontinents, cruels, 4n’aimant pas le bien[23], traîtres, téméraires, enflés d’orgueil, amis des voluptés plutôt qu’amis de Dieu, 5ayant la forme de la piété, mais en ayant renié la puissance. Or détourne-toi de telles gens. 6Car d’entre eux sont ceux qui s’introduisent dans les maisons et qui mènent captives des[24] femmelettes chargées de péchés, entraînées par des convoitises diverses, 7qui apprennent toujours et qui ne peuvent jamais parvenir à la connaissance[T 24] de la vérité. 8Or de la même manière dont Jannès et Jambrès résistèrent à Moïse, ainsi aussi ceux-ci résistent à la vérité, hommes corrompus dans leur entendement, réprouvés quant à la foi : 9mais ils n’iront pas plus avant, car leur folie sera manifeste pour tous, comme a été celle de ceux-là aussi. 10Mais toi, tu as pleinement compris[25] ma doctrine, ma conduite, mon but constant, ma foi, mon support[T 25], mon amour, 11ma patience, mes persécutions, mes souffrances, telles qu’elles me sont arrivées à Antioche, à Iconium et à Lystre, quelles persécutions j’ai endurées ; — et le Seigneur m’a délivré de toutes. 12Et tous ceux aussi qui veulent vivre pieusement dans le christ Jésus, seront persécutés ; 13mais les hommes méchants et les imposteurs iront de mal en pis, séduisant et étant séduits. 14Mais toi, demeure dans les choses que tu as apprises et dont tu as été pleinement convaincu, sachant de qui tu les as apprises, 15et que, dès l’enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi qui est dans le christ Jésus. 16Toute écriture est inspirée de Dieu, et utile pour[26] enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, 17afin que l’homme de Dieu soit accompli et parfaitement accompli pour toute bonne œuvre.

4 1Je t’en adjure devant Dieu et le christ Jésus, qui va juger vivants et morts, et[T 26] par[27] son apparition et par son règne[28] : 2prêche la parole, insiste en temps et hors de temps, convaincs[T 27], reprends, exhorte, avec toute longanimité et doctrine ; 3car il y aura un temps où ils ne supporteront pas le sain enseignement ; mais, ayant des oreilles qui leur démangent, ils s’amasseront des docteurs selon leurs propres convoitises, 4et ils détourneront leurs oreilles de la vérité et se tourneront[29][T 28] vers les fables. 5Mais toi, sois sobre[T 29] en toutes choses, endure les souffrances, fais l’œuvre d’un évangéliste, accomplis pleinement ton service ; 6car, pour moi, je sers déjà de libation[T 30], et le temps de mon départ est arrivé ; 7j’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi : 8désormais[T 31] m’est réservée la couronne de justice, que le Seigneur juste juge me donnera dans ce jour-là, et non-seulement à moi, mais aussi à tous ceux qui aiment son apparition.

9Empresse-toi de venir bientôt auprès de moi, 10car Démas m’a abandonné, ayant aimé le présent siècle ; et il s’en est allé à Thessalonique, Crescens en Galatie, Tite en Dalmatie ; 11Luc seul est avec moi. Prends Marc et amène-le avec toi, car il m’est utile pour le service. 12Or j’ai envoyé Tychique à Éphèse. 13Quand tu viendras, apporte le manteau que j’ai laissé en Troade chez Carpus, et les livres, spécialement les parchemins. 14Alexandre, l’ouvrier en cuivre, a montré[T 32] envers moi beaucoup de méchanceté ; le Seigneur lui rendra[30] selon ses œuvres. 15Garde-toi aussi de lui, car il s’est fort opposé à nos paroles. 16Dans ma première défense, personne n’a été avec moi, mais tous m’ont abandonné : que cela ne leur soit pas imputé. 17Mais le Seigneur s’est tenu près de moi et m’a fortifié, afin que par moi la prédication fût pleinement accomplie et que toutes les nations l’entendissent ; et j’ai été délivré de la gueule du lion. 18[T 33]Le Seigneur me délivrera de toute mauvaise œuvre et me conservera pour son royaume céleste. À lui la gloire, aux siècles des siècles ! Amen.

19Salue Prisca et Aquilas et la maison d’Onésiphore. 20Éraste est demeuré à Corinthe, et j’ai laissé Trophime malade à Milet. 21Empresse-toi de venir avant l’hiver. Eubulus et Pudens, et Linus et Claudia, et tous les frères, te saluent. 22Le seigneur Jésus Christ soit avec ton esprit. Que la grâce soit avec vous ![31]



  1. ou : [était], à cause du « ranimer » du vers. 6.
  2. ou : de sobre bon sens.
  3. litt. : mon dépôt.
  4. aussi : exposé, sommaire ; ailleurs : exemple.
  5. ou : sois fort.
  6. voyez 1, 8. — R. : Toi donc, endure les souffrances.
  7. ou : qui est au service comme soldat.
  8. R. : que le Seigneur te donne.
  9. litt. : jusqu’aux liens.
  10. ici : aient, ne soient pas privés de.
  11. ou : endurons.
  12. R. om. : car.
  13. litt. : découpant droit.
  14. ailleurs : injustice.
  15. litt. : nomme.
  16. R. : de Christ.
  17. ou : propre au service du.
  18. litt. : indisciplinées.
  19. ou : redressant.
  20. ou : quelque jour.
  21. celle de Dieu.
  22. ou : qui ne tiennent pas leurs engagements.
  23. ou : n’aimant pas les gens de bien.
  24. R. : les.
  25. ou : tu as suivi avec exactitude ; comme 1 Tim. 4, 6.
  26. ou : Toute écriture divinement inspirée est aussi utile pour.
  27. c.à.d. je t’adjure par.
  28. R. : Moi donc, je t’en adjure devant Dieu et le seigneur Jésus Christ, qui va juger vivants et morts, à son apparition et à son règne.
  29. ou : auront été détournés.
  30. R. : rende.
  31. R. aj. : Amen.



Notes de la version de 1872

  1. qqs. : du christ Jésus.
  2. ou : (comme je me souviens constamment… jour, désirant… joie), me…
  3. ou : [était] — ὰναζωπυρέω ayant toujours le sens de rallumer, faire revivre ce qui s’éteint (voyez Gen. 45, 27 et 1 Macc. 13, 7) et le but de toute l’épître étant d’insister sur l’énergie, dans l’état toujours plus sombre de l’église.
  4. ou : de sobre bon sens, non pas comme quelques-uns voudraient : de répréhension ou de réprimande ; voyez dans les passages de Josèphe cités par de Wette, Ant. 17, 9, 2 et B, 1, 2, 3, tous les deux se rapportant au même récit, où σωφρονισμός signifie évidemment un esprit sain, sobre, réfléchi.
  5. cette personnification de l’évangile est très commune chez Paul.
  6. πιστεύω, avec le datif, dans le Nouveau Testament, signifie toujours : croire une personne, ajouter foi à ce qu’elle dit ; le seul cas qui pourrait faire difficulté, c’est Jean 5, 24, mais l’emploi habituel du mot doit trancher la difficulté. — πιστεύω εἴς τινα, qu’on trouve très souvent dans Jean, c’est croire en une personne, cette personne étant l’objet de la foi (je crois en lui, ich glaube an ihn). πιστεύω ἐπὶ τόν, va plus loin et implique l’idée de confiance : je place ma foi en quelqu’un, je regarde vers lui avec cette confiance (on ne le trouve que six fois, que je sache : Act. 9, 42 ; 11, 17 ; 16, 31 ; 22, 19 ; Rom. 4, 5, 24). πιστεύω ἐπί τινι, est encore plus rare (outre Luc 24, 25, seulement les trois fois où És. 28, 16 est cité, savoir Rom. 9, 33 ; 10, 11 ; 1 Pier. 2, 6). πιστεύω ἔν τινι, se rencontre encore moins (Marc 1, 15, il a le sens de croire à la vérité de la substance de l’évangile, croire à ce que l’évangile annonce ; on le trouve trois fois dans les LXX : Ps. 78, 26, 36 (22, 32) ; et Jér. 12, 6 ; une fois dans les apocryphes). — La forme la plus habituelle, c’est donc πιστεύω avec un datif : τινι, croire une personne ; puis εἴς τινα, croire à ou en une personne comme objet de foi, comme Jean 14, 1 : Vous croyez en Dieu, vous ne le voyez pas ; vous allez me perdre sur la terre, et il faudra que vous croyez en moi ; ἐπί τινα, ajoute l’idée que l’âme regarde vers quelqu’un (ou s’attend à quelqu’un), ayant de la confiance en lui ; ἐπί τινι, c’est se confier en ; ἔν τινι, recevoir pour vrai.
  7. ὑποτύπωσιν, sans l’article ; les accusatifs après un verbe en sont souvent privés ; ils sont l’expression de la nature de l’action du verbe. Mais Timothée n’avait entendu de Paul aucune forme, mais des paroles ou doctrines ; c’est pourquoi il n’avait pas à conserver la forme, mais à avoir un sommaire ou résumé qui établît bien ce qu’il croyait. ὑποτύπωσιν est un exposé systématique d’un système quelconque de doctrine ou de philosophie ; c’est le nom donné au sommaire de la doctrine pyrrhonienne de Sextus Empiricus, p. ex. ; voyez 1 Tim. 1, 16.
  8. seigneur, en grec sans l’article.
  9. διά ; mais ici, comme dans d’autres passages, διά donne l’état ou les circonstances dans lesquels une chose s’est accomplie, comme Rom. 2, 27.
  10. R. : Toi donc endure les souffrances, σὺ οὖν ϰαϰοπάθησον.
  11. On pourrait traduire littéralement : le laboureur qui travaille doit jouir le premier des fruits ; mais le sens est celui que nous donnons.
  12. obtiennent, n’a pas ici un sens actif et signifie simplement : avoir, ne pas être privé de.
  13. voyez vers. 10.
  14. qqs. ont le verbe au futur.
  15. μέντοι affirme, avec certitude, là où on aurait pu soulever des doutes. Ce renversement pourrait paraître mettre en question le fondement de Dieu ; toutefois il demeure ferme. Toutes les spéculations quant à ce qui est ce fondement sont futiles (je n’ai pas besoin de dire que ce n’est pas l’église ; l’église est fondée, elle est un édifice, non pas un fondement) ; il s’agit simplement du fondement de Dieu abstraitement. Un fondement qui est de Dieu ne peut être ébranlé.
  16. seigneur, sans l’article.
  17. ἐϰϰαθάρῃ ἀπό. — On ne trouve ἐκκαθαίρω que 1 Cor. 5, 7 : Ôtez le vieux levain ; il fallait en débarrasser la pâte ; ici, il s’agit de se purifier de (ou du milieu de) ceux-ci ; le ἀπό lié au ἐϰ du verbe impliquant l’idée de : en se séparant de.
  18. R., avec pl. autorités, aj. : et.
  19. litt. : folles et indisciplinées. — ἀπαίδευτος est employé dans différents sens par les LXX, mais en général pour désigner un esprit non soumis à Dieu, un homme qui suit ses propres pensées ou sa propre volonté. Dans Eschine on le trouve avec μαρτυρία pour un témoignage maladroit, mal ordonné ; voyez Eur. dans Oreste, 410, Kypke sur 3, 5. Il est employé pour : כסיל et נבל.
  20. seigneur, sans l’article.
  21. qqs. voudraient qu’on traduisît διδαϰτιϰός par qui se laisse enseigner, mais il est plutôt question de l’esprit du serviteur du seigneur.
  22. En dépit de ce qu’il y a en apparence d’un peu familier dans l’emploi de ἐϰείνου pour désigner Dieu (quoiqu’on le trouve appliqué ainsi à Christ, 2, 13 ; 2 Pier. 1, 16 ; Tite 3, 7), j’incline à lier pour faire (εἰς) avec se réveilleront, en rapportant ἐϰείνου (sa) à Dieu, et non à Satan comme si le pour faire (εἰς) se liait à ont été pris. Il fallait attendre si peut-être Dieu n’interviendrait pas en faveur de ceux que le diable avait pris comme une proie, et ne leur donnerait pas la repentance pour connaître la vérité et se réveiller pour faire sa volonté.
  23. voyez Luc 6, 35.
  24. ἐπίγνωσις, réelle pleine connaissance ; voyez 1 Cor. 8, 1.
  25. μαϰροθυμία.
  26. c. à d. je t’en adjure devant Dieu… et par l’apparition… (avec Vg.), en lisant ϰαί pour ϰατά qu’a R., avec P. Syr. selon Leusd. et Ether., qui lit : à son apparition et à son règne. Matthaei qui a ϰατά, le lie à διαμαρτύροαι. Pour la construction, voyez Deut. 4, 26.
  27. voyez 1 Tim. 5, 20.
  28. ou : seront détournés ; ou : auront été détournés ; ou : se seront détournés, comme chose accomplieen sorte qu’ils détourneront leurs oreilles de la vérité. ἐϰτρέπω a ordinairement un sens causatif.
  29. νήφω, n’implique pas veillant activement, ni étant éveillé, mais cette sobre clarté d’esprit résultant de l’absence de fausses influences par le fait qu’on n’est pas mêlé avec ce qui enivre. Ainsi nous disons d’un homme qu’il a un jugement sobre, sain.
  30. C’est, je pense, le vrai sens, quoique j’ai longtemps traduit, comme Wetstein et Parkhurst : j’ai reçu l’aspersion du sacrifice ; mais je ne trouve nulle part que σπένδομαι soit employé comme passif, et ὰναλύω ne parle pas d’être sacrifié. L’allusion au départ des conviés après des libations est douteuse, quoique les mots correspondent bien. Le sens est comme Phil. 2, 17.
  31. λοιπόν — désormais, avec l’idée de : ceci étant achevé, il reste par conséquent.
  32. voyez Gen. 50, 15, 17 ; et, dans les apocryphes, la prière d’Azaria, 19.
  33. R. aj. : Et.